fps health belgium banner

Le masque buccal : je te protège - tu me protèges

Depuis le 12 mars dernier, nous avons tous adopté de nouveaux réflexes pour notre santé et celle des autres : l’hygiène renforcée des mains, une distance physique de sécurité, rester au maximum chez soi, surtout lorsque l’on présente des symptômes, des contacts limités à l’essentiel, etc. Ces mesures respectées tous ensemble nous ont permis d’aider les professionnels de la santé à gérer cette pandémie COVID-19.

Bientôt, une nouvelle étape débutera : la reprise progressive de nombreuses activités personnelles et professionnelles, dans un contexte de précaution et de protection face au coronavirus toujours présent dans notre société. Nous devrons nous adapter en respectant encore et toujours les consignes de base. Le port d’un masque buccal constituera un geste supplémentaire pour nous aider à réussir cette transition.

A l’issue du Conseil National de Sécurité du 24 avril dernier, la Première Ministre Sophie Wilmès a annoncé que le port d’une protection visant à se couvrir la bouche et le nez sera recommandé dans l’espace public et lorsque le respect d’une distance physique ne pourra pas être garanti, dès le 4 mai. Se couvrir la bouche et le nez sera, par ailleurs, obligatoire dans les transports en commun à partir de cette date et ce, dès l’entrée dans une gare ou l’arrivée à un point d’arrêt d’un voyageur de plus de 12 ans. Sur le lieu de travail, le port du masque sera obligatoire lorsque le respect de la distance physique n’est pas possible. Dans les écoles, lorsqu’elles seront rouvertes dans le cadre d’une phase ultérieure, le port du masque peut être également obligatoire pour les membres du personnel et les enfants de plus de 12 ans.

La Première Ministre a également indiqué que des initiatives seront mises en œuvre de manière à ce que chaque citoyen puisse disposer d’au moins une protection en tissu. Chaque citoyen devrait également recevoir deux filtres à intégrer aux masques déjà acquis ou confectionnés. Plus d’information sur ces points seront communiquées prochainement.

Attention, la recommandation en faveur du port du masque complète les précédentes consignes de santé publique. Les gestes de base les plus efficaces contre la propagation du Covid-19 restent de se laver les mains régulièrement et de garder une distance physique d’1,5 mètre avec les autres personnes. Si vous devez tousser ou éternuer, faites-le dans un mouchoir en papier ou dans le creux de votre coude.

Le port d’un masque buccal n’a pas pour but premier de vous protéger, mais surtout de protéger les autres.

Pour offrir cette protection complémentaire, il faut que ce masque réponde à quelques critères de fabrication, mais surtout qu’il soit bien utilisé. Lisez donc attentivement les recommandations en la matière

Pourquoi cette recommandation ? Comment les fabriquer ? Comment les utiliser ? Plus d’informations sur cette page et via les réponses aux questions les plus posées.

Les informations sur les masques buccaux en Langue des Signes de Belgique Francophone se trouvent ici.

Les informations sur les masques buccaux en différentes langues se trouvent ici.

Consultez les questions fréquemments posées

Masques buccaux

Pourquoi le masque est-il recommandé dans le cadre de cette nouvelle étape ?

Les mesures de protection recommandées, particulièrement le lavage régulier des mains et le maintien d’une distance physique d’1,5 mètre avec les personnes ne vivant pas sous le même toit, sont les plus efficaces pour lutter contre la propagation du Covid-19.

Cependant, lorsque certaines mesures seront adaptées, à partir du 4 mai, le travail reprendra progressivement, les commerces rouvriront peu à peu leurs portes et notre vie sociale pourra reprendre. Cela impliquera que de nouvelles situations se produiront : des personnes qui ne sont actuellement pas en contact, car elles restent à la maison, le seront à nouveau. Il sera crucial que nous soyons solidaires pour éviter que l’épidémie ne connaisse un nouveau pic.

Le port du masque intervient comme mesure complémentaire.

Prenez par exemple les transports en commun.

Le port d’un masque buccal permet de ne pas contaminer l’environnement dans lequel vous vous trouvez. Cela a moins d’importance s’il s’agit d’un environnement à l’air libre où vous êtes seul, mais dans un bus, par exemple, il est utile de porter un masque buccal même si vous êtes seul, car le poteau auquel vous vous accrochez sera peut-être tenu par quelqu’un d’autre quelques minutes plus tard. Le port d’un masque buccal réduit le risque de contamination des surfaces que d’autres personnes pourraient toucher par la suite.

Etant donné que le nombre de personnes utilisant les transports publics augmentera prochainement, il deviendra plus difficile de se tenir à 1,5 mètre l’un de l’autre. Il sera donc obligatoire de porter un masque buccal dans les transports en commun.

Il sera toujours important, avant et après avoir pris ce transport en commun, de se laver les mains soigneusement. De même, il sera toujours important, lorsque cela est possible, de maintenir la distance d’1,50 mètre, par exemple, à l’arrêt de bus et dans la rue.

Le masque n’est pas un remède miracle. Il est un moyen supplémentaire pour éviter la propagation du Covid-19 et pour accompagner chacun dans un retour à une vie la plus normale possible.

Pourquoi porter un masque? [.PDF]

Protection

Quelle protection le masque buccal procure-t-il ?

Imaginez que vous êtes une machine à confettis. Les gouttelettes que vous projetez lorsque vous éternuez, toussez, parlez ou respirez sont des confettis, potentiellement chargés du virus. Comment empêcher que ces confettis n’atteignent d’autres personnes ? En mettant une barrière physique entre la machine à confettis (vous-même) et les autres personnes. Où cette barrière doit-elle se trouver pour empêcher la diffusion de tous les confettis ? Directement devant la machine qui propulse les confettis (votre visage). Cette barrière est le masque buccal.

Votre masque protège les autres de vos confettis et le masque de la personne qui se trouve en face de vous vous protège de ses confettis. Attention : il ne s’agit que d’une protection supplémentaire. Garder une distance physique suffisante (1,5 mètre minimum) avec les autres personnes reste la mesure la plus prudente. Se laver les mains après avoir eu des contacts rapprochés avec d’autres personnes ou après avoir touché une surface fréquemment touchée reste indispensable. Il est crucial de le faire avant de toucher votre visage. Pensez aux confettis perdus !

Il est aussi très important que cette barrière placée devant votre visage soit de qualité et correctement manipulée et entretenue.

Dans quelles circonstances porter mon masque ?

Jusqu’à présent, le port du masque était indiqué dans deux situations :

  • Pour les personnes qui sont malades, afin d’éviter qu’elles ne contaminent d’autres personnes
  • Pour les professionnels de la santé et les personnes qui prennent soin des autres.

Ces personnes doivent de préférence porter un masque chirurgical ou FFP2.

Le port du masque pour ces deux catégories de personnes reste le plus important. Les masques FFP2 restent réservés aux professionnels des soins de santé et des maisons de repos.

Dans l’évolution de cette pandémie, une nouvelle étape va voir le jour. Les phases successives d’adaptation de mesures impliqueront que chacun fera des déplacements plus fréquents pour aller travailler ou pour se rendre dans un commerce. Le port du masque sera alors recommandé pour toutes les personnes qui peuvent l’utiliser de manière efficace, lorsqu’elles se trouveront en contact étroit (moins d’1,5 mètre) avec d’autres personnes. Il sera d’autant plus recommandé dans le cas d’un contact avec une personne vulnérable.

Le port du masque sera donc recommandé dans l’espace public, a fortiori lorsque le maintien d’une distance physique de sécurité n’est pas possible. Il sera obligatoire dans les transports en commun, pour tous les voyageurs de plus de 12 ans et dans les entreprises ne pouvant garantir la distance physique. Cette obligation est également valable si, par exemple, vous vous trouvez seul dans le train. Le masque limitera votre possibilité de contaminer une surface lisse qui pourrait être ensuite touchée par ces autres personnes.

Qui ne doit pas porter de masque ?

  • Les enfants de moins de 12 ans. Ils pourraient l’utiliser de la mauvaise manière.
  • Les personnes qui ne peuvent pas porter de masque à cause d’une maladie.

Fabrication d’un masque en tissu

Comment fabriquer mon masque en tissu ?

Vous avez décidé de faire fonctionner votre machine à coudre, et de fabriquer vous-même votre masque et celui de vos proches ? Tout d’abord, bravo ! Votre geste contribue à l’effort d’éviter la propagation du virus Covid-19.

Voici quelques conseils pour réussir votre projet.

  • Le critère le plus important auquel votre masque en tissu doit répondre est qu’il doit couvrir le nez, la bouche et le menton de son porteur.
  • Utilisez des tissus densément tissés, qui offrent une meilleure protection.
  • Utilisez deux ou trois couches de tissu.
  • Utilisez des tissus qui permettent de respirer facilement, comme le coton.
  • L’utilisation d’un filtre dans le masque peut améliorer la capacité de filtrage du masque, mais cela peut aussi entraver la respiration, ce qui rendra difficile de porter le masque pendant longtemps. Lisez ici tous les infos comment utiliser les filtres
  • Utilisez des tissus qui peuvent être lavés à 60°C.
  • Evitez les tissus trop rigides, trop chauds ou irritants.
  • Utilisez deux couleurs différentes, pour qu’il soit facile de distinguer le côté intérieur du côté extérieur du masque.
  • Choisissez votre masque buccal selon la fonction pour laquelle vous allez l’utiliser. Un masque buccal avec des bandes élastiques est plus pratique, mais aussi plus désagréable si vous devez le porter pendant une longue période. Pour une longue période, vous pouvez choisir un masque buccal avec des rubans en tissu. Si vous ne portez le masque que pour faire des courses, vous pouvez opter pour un masque buccal avec des élastiques.
  • Evitez de préférence les coutures verticales au milieu du masque.
  • Lavez-vous soigneusement les mains avant de commencer à fabriquer votre masque buccal.
  • Lavez le tissu avant et après fabrication de votre masque buccal. Laver le tissu au préalable est utile également car il peut rétrécir au lavage.
  • Conservez le résultat de votre travail dans un contenant propre et clos.

Vous pouvez utiliser l’un de ces modèles :

Ces modèles ont été validés par le Risk Management Group sur la base des avis d’un groupe de travail composé d’experts de Sciensano, du Conseil Supérieur de la santé, de l’AFMPS, du RAG et du SPF Santé Publique

N’hésitez pas également à consulter le site https://faitesvotremasquebuccal.be/ pour plus de conseils et astuces !

Ces modèles ont été validés par le Risk Management Group sur la base des avis d’un groupe de travail composé d’experts de Sciensano, du Conseil Supérieur de la santé, de l’AFMPS, du RAG et du SPF Santé Publique.

Utilisation d’un masque en tissu

Comment porter mon masque (en tissu) ?

Le port du masque peut contribuer à freiner la propagation du Covid-19, mais uniquement s’il est utilisé correctement. Mettre, enlever, porter, laver et conserver son masque (en tissu) sont donc des gestes à effectuer avec soin.

Mettre le masque :

  • Avant de mettre le masque, lavez-vous les mains soigneusement.
  • Ne touchez que les élastiques ou rubans d’attache pour mettre votre masque.
  • Le masque doit couvrir votre nez, votre bouche et votre menton et épouser étroitement les côtés de votre visage.
  • Commencez par attacher le masque par le haut, en l’ajustant sur le nez, puis attachez-le par le bas, en l’ajustant de manière à ce qu’il recouvre le menton.

Porter le masque :

  • Lorsque votre masque est attaché, évitez de le toucher.
  • Si le masque glisse ou n’est pas bien attaché, ne le touchez que par ses côtés pour le réajuster.
  • Evitez d’enlever et remettre le masque trop souvent.

Enlever le masque :

  • Pour enlever le masque, ne touchez que ses élastiques ou rubans d’attache.
  • Après avoir enlevé le masque, lavez-vous les mains soigneusement.
  • Si vous devez enlever votre masque pour une courte durée (par exemple, pour boire), posez-le dans un endroit propre qui peut ensuite être nettoyé facilement ou placez-le dans un sac propre et perméable à l’air.

Laver le masque :

  • Le masque doit être changé toutes les 8h ou toutes les 4h en cas d’usage « intensif » (par exemple, dans le cas d’un enseignant qui donne cours devant sa classe) ou rapidement lorsqu’il devient humide ou visiblement sale.
  • Le masque doit être lavé après chaque utilisation.
  • Le masque doit être lavé avec du produit de lessive, soit dans la machine à laver à 60°C avec le reste du linge, soit en étant bouilli dans une casserole réservée à cet usage. Si le masque est lavé à basse température, par exemple à la main, il doit ensuite être repassé à haute température. Enlevez d’abord le filtre de votre masque avant de le repasser.
  • Après avoir touché un masque sale, par exemple pour le mettre dans la machine à laver, lavez-vous les mains soigneusement.
  • Le masque doit être totalement sec avant d’être réutilisé : il est donc recommandé de disposer de minimum deux masques.

Conserver le masque :

  • Ne laissez pas votre masque traîner dans votre maison. Choisissez un lieu fixe et propre pour vos masques propres et conservez votre masque sale de préférence dans un sac fermé en tissu, que vous laverez avec le masque.
  • Ne touchez le masque propre qu’après vous être lavé les mains et ne touchez jamais le côté intérieur du masque.
  • Ne placez pas le masque dans le congélateur ou le frigo : le froid ne tue pas le virus et le masque risquerait de contaminer vos aliments.

Quand mettre un nouveau masque ? [.PDF]

Comment porter un masque en tissue ? [.PDF]

Comment laver son masque ? [.PDF]