fps health belgium banner

Foire aux questions

  1. Mesures générales
  2. Emploi & économie
  3. Santé
  4. Enseignement
  5. Vie quotidienne
  6. Transport & international
Vers résultats Exemples: masques fièvre école train aéroport

Mesures générales

  • Le Covid-19 a un impact majeur sur notre vie quotidienne, l’économie, notre travail, notre vie sociale, la mobilité, l’enseignement et les soins de santé.

    Le gouvernement a pris des mesures exceptionnelles pour limiter la propagation du virus.

    Plus d’info:

    autorités flandre wallonie bruxelles contacts social bulles quatre personnes
  • Que dois-je faire ?
    • • Les mesures d’hygiène élémentaires restent impératives.
    • • Rester à domicile demeure la norme
    • • Seuls les déplacements autorisés (aller au travail quand le télétravail est impossible, aller à la pharmacie, à la poste, faire ses courses, mettre de l’essence, …) peuvent être effectué
    • • Les contacts sociaux doivent être limités au maximum. Il faut en particulier éviter la mixité d’âge ainsi que le mélange de groupes qui ne se fréquentaient pas habituellement. Si les contacts ne peuvent être évités, la distanciation sociale doit être respectée au maximum. Dans les situations où cela ne peut être garanti, d’autres mesures appropriées doivent être appliquées (port du masque, ….).

    Les nouvelles mesures sont d’application à partir du 27 mai 2020.

    L’ensemble des mesures sont d’application au moins jusqu’au 7 juin 2020 inclus à l’exception :

    • • des voyages non-essentiels au départ de la Belgique et vers la Belgique interdits jusqu’au 8 juin 2020 inclus ;
    • • des excursions scolaires de plusieurs jours interdites jusqu’au 30 juin 2020 ;
    • • des compétitions sportives professionnelles et amateures : aucun évènement de ce type n’aura lieu avant le 31 juillet 2020 inclus;
    • • les manifestations à caractère culturel, social, festif, folklorique, sportif, touristique et récréatif sont interdites jusqu’au 30 juin 2020 inclus.

    La situation est évaluée de manière régulière. Sur base de ces évaluations les mesures présentées ici pourront être réduites ou renforcées.

  • Que se passe-t-il en cas de non-respect des mesures décidées?

    Le respect des règles d’application est essentiel pour éviter une recrudescence incontrôlée de l’épidémie et le report des phases ultérieures de déconfinement. C’est pourquoi il appartient à chacun de faire preuve de civisme et de prendre ses responsabilités.

    En cas de non-respect des mesures (prévues par l’Arrêté Ministériel), des sanctions sont possibles, entre autres, sur base de l’article  187 de la loi sur la Sécurité Civile du 15 mai 2007.

    Les autorités locales restent compétentes pour l’ordre public conformément à l’article 135 §2 de la nouvelle loi communale, sans toutefois aller à l’encontre des mesures prises au niveau supérieur ou à l’encontre de l’esprit de ces mesures. 

    Les services de police effectueront des contrôles permanents afin de s’assurer du strict respect des mesures.

  • Quand puis-je me déplacer ?

    Les citoyens sont tenus de rester chez eux afin d’éviter un maximum de contact en dehors de leur famille proche.

    Seuls les déplacements nécessaires sont autorisés. Sont, entre autres, considérés comme nécessaires les déplacements tels que :

    1. les déplacements professionnels (en ce compris les déplacements domicile/travail) ;

    2. les déplacements indispensables (aller chez le médecin, faire ses courses, aller à la poste, à la banque, à la pharmacie, faire le plein d’essence ou aider des personnes dans le besoin, les sans-abris, les déplacements des parents vers la garderie où se trouvent leurs enfants, les déplacements exigées dans le cadre d’une obligation légale, le rechargement des compteurs à budget, s’exercer à la conduite…) ;

    3. les promenades et les activités physiques (en ce compris les balades à moto) en plein air n’impliquant pas de contact physique à la condition qu’elles soient exercées:

    • seul

    • en compagnie de personnes vivant sous le même toit ; sont ici également visées les communautés de jeunes et leur accompagnant issus d’institutions de la jeunesse vivant sous le même toit

    • et/ ou en compagnie de maximum deux autres personnes qui doivent toujours être les mêmes, moyennant le respect d’une distance d’ 1,5 mètres entre chaque personne.

    Ces activités sont autorisées pour le temps nécessaire pour les exercer. Après l’exercice de ces activités, le retour à son domicile est obligatoire.

    Pour éviter tous rassemblements, qui restent actuellement interdits , il n’est pas autorisé de s’installer dans les parcs. Une tolérance sera appliquée pour les personnes âgées et les femmes enceintes. De la même manière, les mesures ne peuvent s’appliquer strictement aux personnes à mobilité réduite ou souffrant d’un handicap mental.

    Pour les mêmes raisons, ne sont pas non plus autorisés les pique-niques et bains de soleil dans ces parcs. Par ailleurs, l’utilisation d’un véhicule motorisé dans le cadre de l’exercice d’une activité physique et des promenades n’est autorisée que pour se rendre dans les lieux (ex. bois à distance raisonnable) ou infrastructures sportives nécessaires à l’exercice de l’activité physique en question ou de la promenade. Il est rappelé que les activités touristiques et les excursions ne sont pas autorisées.

    1. Rendre visite à un autre ménage dans les limites reprises sous la question “Qui puis-je inviter et à qui puis-je rendre visite? "

    2. Visiter une infrastructure d’intérêt culturel ou d’intérêt naturel ;

    3. Se rendre à un entraînement sportif régulier dans un contexte organisé ;

    4. Se rendre à sa résidence secondaire ;

    5. Tous les autres déplacements nécessaires dont il est fait explicitement mention dans ce FAQ.

  • Qui puis-je inviter et à qui puis-je rendre visite?

    Des contacts sociaux limités sont possibles dans des conditions strictes. Afin de prévenir la propagation du virus, il est important de limiter ces contacts sociaux et de tenir compte des règles suivantes :

    • • Un ménage (c’est-à-dire les personnes vivant sous le même toit et peu importe leur nombre) peut recevoir maximum quatre autres personnes.
    • • Ce seront toujours les mêmes personnes. Celles-ci font partie ou non d’un même ménage. L’ensemble de ces personnes forment une bulle sociale.
    • • Au sein d’un ménage, le choix est collectif. Donc, par exemple : si le ménage choisit collectivement les grands-parents, il n’est alors pas possible pour le moment d’inviter des amis.
    • • Quand une personne d’un ménage est invitée au domicile d’une autre personne, c’est l’ensemble de son ménage qui s’engage et même si elle se rend seule au rendez-vous. Il n’est donc par exemple pas possible de voir un jour ses parents et le lendemain 4 autres personnes.
    • • La distance physique nécessaire (1,5 mètre) doit toujours être respectée entre les personnes de ménages différents. Il est préférable de se rencontrer à l’extérieur (terrasse, jardin).
    • • Il n’est pas possible de rendre visite aux personnes de votre bulle sociale si l’une d’entre elles est malade.
    • • Dans le cadre de ces contacts sociaux limités, il est permis d’effectuer un déplacement en vue de se rendre au domicile d’un autre ménage. Néanmoins, l’intention n’est pas d’en faire une excursion (touristique) d’une journée. Il relève de la responsabilité de chacun d’appliquer correctement ces contacts sociaux limités.
  • Je vis seul(e), qui puis-je inviter et chez qui puis-je être reçu(e) ?

    Comme personne seule, vous pouvez inviter 4 personnes (ou par exemple 2 couples sans enfants ou une famille de 4). L’ensemble de ces personnes forment une même bulle sociale et ne peuvent intégrer d’autres bulles. Il n’est donc pas possible de voir un jour les membres de cette bulle et un autre jour des gens appartenant à une autre bulle.

    La bulle sociale ne doit pas toujours se réunir en même temps, mais elle doit toujours être limitée aux personnes issues de la même bulle.

    Le plus important est que chaque personne appartenant à cette bulle sociale limite ses contacts à ces personnes.

    La distance physique nécessaire (1,5 mètre) doit toujours être respectée entre les personnes de ménages différents. Si vous avez une terrasse ou un jardin, il est préférable de se rencontrer à l’extérieur. Bien entendu, il n’est pas possible de rendre visite aux personnes de votre bulle si l’une d’entre elles est malade.

  • Les deux personnes avec qui je pratique une activité physique en plein air font-elles partie de ma bulle sociale ?
    Ces personnes ne doivent pas être comptées dans la bulle sociale du ménage. Il est donc permis de se promener avec deux personnes (à la condition qu’il s’agisse toujours des mêmes personnes, et dans le respect de la distance sociale) et de recevoir quatre autres personnes (toujours les mêmes) à la maison.
  • Si les grands-parents font partie de la bulle sociale, peuvent-ils garder leurs petits-enfants ?
    Oui, à condition qu’ils ne fassent pas partie d’un groupe à risque (plus de 65 ans, problèmes de santé,…).

Emploi & économie

  • Le Covid-19 a un impact financier sur les familles, les entreprises et les indépendants. Des mesures ont été mises en place par différentes autorités, dans leurs champs de compétence respectifs, pour contrer ces difficultés financières. Puis-je bénéficier de ces mesures de soutien? Dans quelles conditions, comment, que dois-je faire?

    Plus d’info:

    activités alimentaire avocat bandagerie banque bar bénévole blanchisserie bureau café car-wash chômage chômage temporaire coiffeur colis commerçant commerce commercial congé construction contrôle contrôle fiscal courrier déchets dirigeant droit du travail emploi employeur emporter entreprise espace de travail esthétique étal finances fiscalité fonction food-truck force majeure friterie garage garantie géomètre gîte hôtel huissier immobilier indemnité indépendant inspection du travail installation interruption licenciement livraison locaux logement magasin marchandises marché notaire nourriture ouvrier point de vente poste professionnel recherche d’emploi réparation représentant restaurant salarié salon sandwicherie secteur shift sous-traitant soutien stage stagiaire tatouage télécommunication télétravail tenancier toilettage tourisme transfrontalier travail vente en ligne volontaire
  • Quels sont les commerces qui peuvent ouvrir ?

    Toutes les entreprises qui offrent des biens ou des services aux consommateurs peuvent ouvrir au public à l’exception :

    • • des salons de massage
    • • des centres de bien-être, en ce compris les saunas
    • • des centres de fitness
    • • des casinos, salles de jeux automatiques et bureaux de paris. Les entreprises énumérées ci-dessus ne peuvent pas non plus faire de prestations à domicile.

    Plus d’information pour les indépendants:

  • Dans quelles conditions les commerces ouverts peuvent-ils fonctionner ?

    L’accueil des clients doit se faire selon les modalités suivantes :

    • • 1 client par 10 m2 pendant maximum 30 minutes, à l’exception des magasins qui disposent d’une surface accessible aux clients inférieure à 20 m2. Pour ces commerces, il est possible d’accueillir deux clients à la fois à condition qu’une distance d’1,5m entre chaque personne soit garantie.
    • • En ce qui concerne les commerces ou entreprises qui travaillent sur rendez-vous ( par ex : avocats, notaires, architectes d’intérieur, cuisinistes, joailliers,…), ceux-ci peuvent recevoir leurs clients aussi longtemps qu’il est d’usage et sans limitation du nombre de personnes.
    • • L’entreprise met à disposition du personnel et des clients les produits nécessaires à l’hygiène des mains.
    • • D’autres mesures visant l’accueil de la clientèle sont définies dans le « Guide générique relatif à l’ouverture des commerces pour prévenir la propagation du virus COVID-19 », disponible sur le site du Service Public Fédéral Economie.
    • • En tant qu’entreprises, elles doivent également suivre les dispositions telles que définies dans le « Guide générique en vue de lutte contre la propagation du COVID-19 au travail ».

    Les employeurs informent les travailleurs en temps utiles des mesures de prévention en vigueur et leurs dispensent une formation appropriée.

    Pour les centres commerciaux des mesures spécifiques sont d’application :

    • • Un client est autorisé par 10 m² pour une période ne dépassant pas le temps nécessaire et habituel ;
    • • Le centre commercial met à disposition les produits nécessaires à l’hygiène des mains à l’entrée et à la sortie
    • • Des marquages au sol et/ou des signalisations facilitent le maintien d’une distance de 1,5 mètre.
    • • Les règles prévues pour les magasins sont évidemment applicables aux magasins situés à l’intérieur des centres commerciaux, notamment la limite de la durée du shopping ( 30 min).
  • Qu'en est-il des services à la maison pour les particuliers?

    Les entreprises proposant des services à domicile aux clients peuvent offrir leurs services à l’exception des masseur(se)s.

    Tous les autres services aux particuliers à domicile peuvent être offerts tels que l’aide-ménagère, le lavage de vitre, le ramonage, les inspections techniques des installations, les visites à domicile par des agents immobiliers, le contrôle de la régie foncière communale, la certification PEB, les leçons de musique privées, etc.

    En ce qui concerne les esthéticien(ne)s, les pédicures spécialisés non-médicale, les manucures, les coiffeurs et barbiers, les tatoueurs et les pierceurs, ceux-ci peuvent-être présents au domicile du client aux conditions suivantes :

    • • uniquement pour la durée strictement nécessaire
    • • le port du masque (ou de toute autre alternative en tissu) est obligatoire pour le prestataire de service et le client âgé de 12 ans ou plus. Le masque du client ne peut être ôté par le client que pour un traitement spécifique au visage et uniquement pendant le temps strictement nécessaire à ce traitement,
    • • le prestataire de service prend les mesures d’hygiène adéquates afin de se désinfecter les mains, les instruments manipulés et son poste de travail entre chaque client.

    Les entreprises fournissant ces services sont tenues de respecter les règles de distanciation sociale d’application au sein de leur secteur.

    En ce qui concerne les travaux de construction chez les particuliers, les travaux peuvent avoir lieu mais les règles d’application diffèrent selon que les travaux soient urgents ou non :

    • • Les réparations urgentes doivent avoir lieu en veillant à mettre en œuvre, dans la mesure du possible, les règles de distanciation de sociale ou d’autres mesures appropriées qui offrent un niveau de protection au moins équivalent
    • • Les autres travaux doivent avoir lieu en garantissant le respect maximal des règles de distanciation sociale ou d’autres mesures appropriées qui offrent un niveau de protection au moins équivalent.
  • Quelles sont les mesures qui doivent être suivies par les clients?
    • • Les courses sont effectuées seul, sauf en cas de rendez-vous. Une exception est faite pour un adulte qui accompagne les mineurs vivant sous le même toit ou une personne ayant besoin d’une assistance
    • • Les courses sont effectuées pendant une période de maximum 30 minutes par magasin, sauf en cas de rendez-vous.
    • • Il est fortement recommandé à chaque client de porter une protection couvrant le nez et la bouche dans les commerces.

    Il est par ailleurs recommandé de se rendre dans les commerces situés dans une ville ou une commune proche de son domicile et de son lieu de travail. Il est également conseillé de donner une priorité aux personnes âgées, aux personnes à mobilité réduite et au personnel soignant.

  • Quels sont les mesures pour les métiers de contact ?

    Métiers de contact : instituts de beauté, instituts de pédicure non-médicale, salons de manucure, salons de coiffure et barbiers, studios de tatouage et de piercing

    Pour ces entreprises, les modalités suivantes s’imposent :

    • • un seul client par 10 m2 . Si la surface accessible aux clients est inférieure à 20 m2, il est possible d’accueillir deux clients à la fois à condition qu’une distance d’1,5m entre chaque personne soit garantie
    • • recevoir les consommateurs uniquement sur rendez-vous et pour la durée strictement nécessaire
    • • les salles d’attente ne sont pas accessibles aux clients. Ils patientent à l’extérieur de l’établissement
    • • hormis les cas d’urgence, les toilettes ne sont pas accessibles aux clients
    • • aucune boisson ou snack n’est servi
    • • une distance d’au moins 1,5m entre chaque poste de travail
    • • le prestataire de service prend les mesures d’hygiène adéquates afin de désinfecter ses mains, les instruments manipulés et son poste de travail entre chaque client
    • • le port du masque ou toute autre alternative en tissu dans l’établissement par le personnel et par les clients est obligatoire à partir de 12 ans. Le masque du client ne peut-être ôté que pour un traitement spécifique au visage et uniquement pendant le temps strictement nécessaire à ce traitement
    • • du gel pour l’hygiène des mains est mis à disposition à l’entrée et à divers endroits de l’établissement

    Les salons de coiffure ne peuvent, en principe, accueillir qu’un seul client par 10m2. Néanmoins étant donné que les coiffeurs organisent habituellement la prestation de leurs services en différentes étapes (colorations, permanentes, …) durant lesquelles les clients disposent chacun d’une place individuelle, une certaine flexibilité peut être accordée aux coiffeurs en ce qui concerne le nombre de clients autorisés en fonction de la surface du salon. Pour déroger à cette règle, il faut séparer les postes de travail entre eux par une paroi en plexiglas ou une alternative équivalente.

    D’autres mesures visant l’accueil de la clientèle sont définies dans le « Guide générique relatif à l’ouverture des commerces pour prévenir la propagation du virus COVID-19 », disponible sur le site du Service Public Fédéral Economie.

    Les entreprises mentionnées ci-dessus doivent suivre aussi les dispositions telles que définies dans le « Guide générique en vue de lutte contre la propagation du COVID-19 au travail ». Les employeurs informent les travailleurs en temps utiles des mesures de prévention en vigueur et leurs dispensent une formation appropriée.

    En cas de prestations à domicile, le prestataire du service ne peut être présent que pour la durée strictement nécessaire. Le port du masque ou de toute autre alternative en tissu est obligatoire pour le prestataire de service et le client âgé de 12 ans ou plus. Le masque du client ne peut être ôté par le client que pour un traitement spécifique au visage et uniquement pendant le temps strictement nécessaire à ce traitement. Le prestataire de service prend les mesures d’hygiène adéquates afin de se désinfecter les mains, les instruments manipulés et son poste de travail entre chaque client.

  • Les entreprises fournissant les services de massage (massage thérapeutique, shiatsu, massage sportif, réflexologie etc...) peuvent-elles ouvrir ?

    Non, elles ne peuvent pas encore ouvrir dans le cadre de la phase 2, comme c’était déjà le cas lors de la phase précédente de déconfinement. En effet, l’interdiction d’ouvrir les salons de massage a été prolongée pour cette phase de déconfinement à la demande des experts. L’activité de massage en elle-même posant encore problèmes sanitaires. 

    Pour ces entreprises, comme annoncé par le Conseil national de sécurité le 6 mai dernier, une concertation avec le secteur sera entamée par les experts pour identifier quand et à quelles conditions une réouverture pourrait être envisagée.

  • Qui doit surveiller le respect des mesures dans les magasins ?
    Le respect des distanciations sociales relève de la responsabilité de chaque propriétaire de magasin. Il lui appartient de prendre les mesures adéquates pour assurer ce respect. Si il est fait appel à une société de gardiennage pour assurer le respect de ces mesures, cela doit se faire en respect de la loi du 2 octobre 2017 réglementant la sécurité privée et particulière.
  • Quelles sont les heures d’ouverture autorisées pour les magasins qui peuvent rester ouverts ?
    Les commerces peuvent rester ouverts aux jours et heures habituels. Les magasins de nuit peuvent ouvrir de leur heure d’ouverture habituelle jusqu’au plus tard 22h.
  • Peut-on obliger un commerce ou une entreprise à rester ouvert(e) ?
    Si l’ordre public ou l’intérêt public l’exige, le bourgmestre peut prendre l’arrêté de police nécessaire, y compris concernant l’ouverture d’un commerce ou d’une entreprise.
  • Comment dois-je nettoyer et désinfecter mon commerce ?
    N’importe quel produit de nettoyage disponible dans le commerce peut être utilisé pour nettoyer les surfaces de travail, les sols, les murs… Le mode d’emploi doit être pour ce faire scrupuleusement suivi et il faut ensuite procéder à un rinçage abondant avec de l’eau potable. Seuls les biocides autorisés peuvent être utilisés pout procéder à la désinfection des locaux de votre entreprise. Les conditions d’utilisation mentionnées sur l’étiquette et dans l’acte d’autorisation doivent être scrupuleusement respectées. Il peut par exemple être nécessaire de protéger ou d’enlever les denrées alimentaires présentes dans le local traité ou de rincer abondamment les surfaces traitées avec de l’eau potable. Pulvériser volontairement des fruits et légumes avec un biocide en vue de les « désinfecter » est une pratique interdite. Les biocides peuvent être nuisibles pour la santé. La liste donnant un aperçu des biocides autorisés et de leur conditions d’emploi peut être consultée via ce lien : https://www.health.belgium.be/fr/liste-des-biocides-autorises-et-rapport-annuel
  • Doit-on faire des stocks de nourriture ?
    Ce n’est pas nécessaire : les magasins d’alimentations continuent à être approvisionnés normalement et restent ouverts comme d’habitude.
  • Des bénévoles peuvent-ils proposer leurs services aux entreprises des secteurs cruciaux et services essentiels?

    En vertu de la loi du 3 juillet 2005 relative aux droits des bénévoles, les bénévoles ne peuvent en principe être engagés que par des organisations qui poursuivent un objectif désintéressé. La loi relative aux bénévoles ne permet en principe pas l’engagement de bénévoles par des entreprises commerciales.

    Le champ d’application de la loi du 3 juillet 2005 est élargi aux organisations qui, d’une part, sont agréées par l’autorité compétente en ce qui concerne l’aide et les soins aux personnes âgées ainsi que l’accueil et l’hébergement des personnes âgées et qui, d’autre part, relèvent du secteur privé commercial, et ce, pour la période allant du 1er mai 2020 au 30 juin 2020.

    Les déplacements des personnes exerçant une activité bénévole autorisée par la loi du 3 juillet 2005 relative aux droits des volontaires sont autorisés au sein d’une organisation qui fait partie des secteurs cruciaux ou des services essentiels, en ce compris les déplacements entre le domicile et le lieu de l’activité.

  • Qu'en est-il du secteur horeca ?

    Les établissements appartenant au secteur HORECA sont fermés au public.

    • • En ce qui concerne les restaurants seuls sont autorisés les livraisons de repas et les repas à emporter (take-away) durant les heures d’ouverture habituelles. Lorsque l’attente se fait à l’extérieur, les clients doivent également respecter les mesures de distanciation sociale. Le mobilier de terrasse doit être entreposé à l’intérieur et ne peut être utilisé.

    • • En ce qui concerne les hôtels et apparthôtels ceux-ci peuvent rester ouverts, à l’exception de leurs éventuels restaurants, bars, coins repas, salles de réunion et autres espaces communs. Le mobilier de terrasse doit être entreposé à l’intérieur et ne peut être utilisé.

    • • En ce qui concerne les food-trucks, marchands de poulet, marchands de glace,…une activité ambulante individuelle peut être exercée à l’endroit habituel (ou le trajet habituel) , sous réserve de l’autorisation préalable des autorités communales. Ils peuvent également exercer leur activité dans le cadre d’un marché autorisé (voir conditions reprises au titre « activités ambulantes »).

  • Qu’en est-il des autres types de logements touristiques ?

    Les hôtels et les aparthôtels sont autorisés à rester ouverts mais sans accès aux bars, aux restaurants (espaces communs) et aux zones de loisirs, afin de pouvoir répondre à la demande d’hébergement pour les déplacements essentiels. Toutefois, le service en chambre est autorisé. Le mobilier de terrasse doit être placé à l’intérieur.
    Les salles de réunion de ces hôtels sont fermées. Les hébergements récréatifs et touristiques (ex: maisons de vacances, camping, B&B, parcs de vacances, AirBnB, …), à l’exception des résidences secondaires, doivent être fermés. Les résidents permanents, les propriétaires et les locataires de longue durée (1 an minimum) de ce type de logement peuvent bien sûr y séjourner. Ces dispositions s’appliquent également aux résidents permanents d’une caravane mobile. Sont assimilés aux résidents permanents de ce type de logement :

    • • Les personnes qui sont officiellement inscrites dans le logement de vacances ou de week-end où elles se trouvent (indépendamment qu’elles aient un droit de résidence dans le logement de week-end ou de vacances).
    • • Les personnes qui ont une adresse de référence et ne sont pas légalement enregistrées ailleurs (habitants de caravanes, personnes sans domicile fixe faute de moyens de subsistance suffisants).
    • • Les Belges qui résident légalement à l’étranger, qui sont rentrés en Belgique, mais ne sont pas (encore) enregistrés ailleurs et demeurent actuellement dans un mobil-home ou une caravane.
    • • Les étrangers qui ont séjourné dans une zone de loisirs avant l’introduction des mesures et qui sont manifestement dans l’impossibilité de retourner dans leur pays, et tant que subsiste cette impossibilité. Ils restent tenus de retourner dans les plus brefs délais dans le pays où ils résident légalement et/ou dans le pays dont ils ont la nationalité.

    Plus d’information pour les indépendants:

  • Certains parcs et maisons de vacances servent de logement fixe à des employés d’Electrabel pour des services essentiels (parcs éoliens maritimes, Doel, Tihange,…). Constituent-ils une exception ?
    Les personnes dont ces lieux sont le logement permanent peuvent continuer à y demeurer.
  • Qu’en est-il des emplacements occupés par les gens du voyage ?
    Les résidents fixes peuvent y rester. Se déplacer d’un terrain à l’autre n’est pas considéré comme un déplacement essentiel, il est donc demandé aux bourgmestres de prendre les mesures nécessaires afin de faciliter leur séjour jusqu’à la fin de la crise.
  • Est-ce que je peux encore commander des colis en ligne ?
    Oui, les magasins en ligne restent ouverts et peuvent continuer à livrer. La prise en charge de votre colis est réalisée sans contact.
  • Les services de livraison à domicile (Bpost, DHL,…) peuvent-ils continuer leurs activités ?
    Oui, cela est même encouragé, à condition de respecter les mesures de distanciation sociale. Le retrait aux points de collecte officiels est autorisé.
  • Qu'en est-il des activités ambulantes?

    Une activité ambulante individuelle (alimentaire ou non-alimentaires) peut être exercée à l’endroit habituel (ou le trajet habituel), sous réserve de l’autorisation préalable des autorités communales.

    En ce qui concerne les marchés :

    • • Les marchés comptant plus de 50 étals sont interdits.
    • • Les marchés qui comptent jusqu’à 50 étals qui ont lieu à intervalles réguliers (journaliers, hebdomadaires et bihebdomadaires ) peuvent avoir lieu sous réserve de l’autorisation préalable des autorités locales.

    Dans tous les marchés autorisés par les autorités locales, les mesures nécessaires doivent être prises pour protéger toute personne contre la propagation du coronavirus COVID-19, y compris l’application des règles de distanciation sociale, en particulier le maintien d’une distance de 1,5 mètre entre chaque personne. Des mesures de prévention appropriées sont prises en temps utile, comme le recommande le « Guide générique concernant l’ouverture des commerces pour lutter contre la propagation du virus COVID-19 », disponible sur le site web du Service public fédéral Economie.

    Tout marché respecte, en tous les cas, les conditions suivantes :

    • • Les conditions fixées par l’autorité locale sont respectées.
    • • Les règles de distanciation sociale sont respectées.
    • • Le nombre maximum de visiteurs autorisés dans le marché s’élève à un visiteur par 1,5 mètre courant d’étal.
    • • Il ne s’agit pas d’une brocante ou d’un marché aux puces.
    • • étant donné que les marchandises sont situées entre le marchand et le client, le port d’une protection couvrant la bouche et le nez est obligatoire pour les marchands afin d’éviter une contamination via les gouttelettes et les aérosols.
    • • Pour les clients, il est fortement recommandé de porter une protection couvrant la bouche et le nez.
    • • Les moyens pour assurer l’hygiène nécessaire des mains doivent être mis à disposition aux entrées et sorties du marché par les autorités communales. Les commerçants prévoient également de mettre à disposition des clients du gel pour l’hygiène des mains.
    • • Les nourritures et les boissons ne peuvent pas être consommées dans le marché. Aucune nourriture ou boisson n’est proposée sous forme de dégustation aux clients.
    • • Une organisation ou un système permettant de vérifier le nombre de clients présents sur le marché est mis en place ;
    • • Sur le marché un plan de circulation à sens unique est élaboré, avec des entrées et des sorties distinctes. Une dérogation motivée peut néanmoins être accordée en cas de circonstances exceptionnelles par l’autorité locale qui, dans ce cas, détermine une solution alternative.
    • • Les courses sont effectuées seul. Une exception est faite pour un adulte qui accompagne les mineurs vivant sous le même toit ou une personne ayant besoin d’une assistance.
    • • Les courses sont effectuées pour une période ne dépassant pas le temps nécessaire et habituel.
  • Les centres de bronzage peuvent-ils ouvrir ?
    Les centres de bronzage peuvent ouvrir. Les mesures hygiéniques édictent que des cabines individuelles soient utilisées, que celles-ci soient utilisées par une seule personne à la fois et qu’elles soient désinfectées après chaque usage.
  • Les déménagements (avec ou sans entreprise de déménagement) sont-ils autorisés ?
    Tous les déménagements sont autorisés.
  • Les marchés en gros pour les professionnels (criée, marché matinal à Bruxelles,…) peuvent-ils poursuivre leurs activités ?
    Oui. Les mesures de distanciation sociale doivent être respectées au maximum.
  • Qu'en est-il de la contamination des emballages et des denrées alimentaires ?
    Le site de l’AFSCA fournit des informations de clarification aux consommateurs et aux opérateurs de la chaîne alimentaire : http://www.favv.be/professionnels/publications/communications/coronavirus.asp
  • Quelles sont les principes généraux pour les entreprises ?

    La continuité de l’économie belge ne doit pas être mise en danger. Dans ce but tous les maillons de la chaîne de production doivent être garantis, des ressources à la production et à la consommation, importations et exportations comprises.

    Pour les entreprises ne relevant pas des secteurs cruciaux et services essentiels :

    • • Le télétravail à domicile est recommandé dans toutes les entreprises pour tous les membres du personnel dont la fonction s’y prête.
    • • Lorsque le télétravail n’est pas appliqué, les entreprises adoptent les mesures appropriées pour garantir le respect maximal des règles de distanciation sociale, en particulier le respect d’une distance d’1,5m entre les personnes.
    • • A défaut de pouvoir garantir le respect des règles de distanciation sociale, offrir un niveau de protection au moins équivalant.

    Les mesures mentionnées ci-dessus sont également d’application pour les transports organisés par l’employeur.

    L’application de ces principes est garantie au niveau de l’entreprise via l’adoption de mesures de prévention appropriées telles que celles définies dans le « guide générique en vue de lutter contre la propagation du COVID-19 au travail » disponible à l’adresse : https://emploi.belgique.be/sites/default/files/content/news/Guidegenerique_light.pdf , éventuellement complété par :

    • • des directives au niveau sectoriel
    • • et/ou des directives de l’entreprise
    • • et/ou d’autres mesures appropriées qui offrent un niveau de protection au moins équivalent.

    Les mesures collectives ont toujours priorité sur les mesures individuelles.

    Pour les entreprises relevant des secteurs cruciaux et services essentiels :

    Ces entreprises et services sont tenues de mettre en œuvre, dans la mesure du possible, le système de télétravail à domicile et les règles de distanciation sociale.
    Les secteurs et les employés qui appartiennent aux secteurs cruciaux et aux services essentiels et qui n’ont pas interrompu leurs activités et qui ont déjà pris eux-mêmes les mesures nécessaires, peuvent utiliser le guide générique mentionné ci-dessus comme une source d’inspiration.

    En ce qui concerne les sous-traitants et services auxiliaires des secteurs essentiels, dans la mesure où ceux-ci permettent aux secteurs essentiels de continuer à servir la population, ceux-ci sont soumis à la même réglementation que les secteurs cruciaux et services essentiels.

  • En dehors des travailleurs, qui peut se rendre dans les locaux des entreprises ?
    Dans les lieux accessibles au public appartenant aux entreprises des secteurs non essentiels, le public peut y accéder dans le respect des mesures de distanciation sociale ou des mesures de protection équivalente en vigueur au sein de l’entreprise. En ce qui concerne les lieux accessibles au public appartenant aux entreprises des secteurs cruciaux et aux services essentiels, l’accueil du public est organisé en permettant dans la mesure du possible le respect des règles de distanciation sociale.

Santé

  • Le virus est affaibli mais toujours présent dans notre société. Nous pouvons ralentir la propagation du virus en adoptant les bons comportements :

    • Restez à la maison, surtout si vous êtes malade.
    • Lavez-vous souvent les mains à l’eau et au savon.
    • Gardez au moins 1,5 mètre de distance lorsque vous êtes à l’extérieur.
    • Limitez vos contacts sociaux physiques.
    • Portez un masque buccal dans les transports en commun et dans les lieux publics très fréquentés.

    Plus d’info:

    Santé Sanitaire épidémie pandémie malade test dépistage covid-19 covid19 coronavirus symptome procédure médical soutien psychologique psychociale médecin hopital urgence toux tousse soins intensifs maison de repos institutions de soins groupe à risque masque hospitalisé décès décédé vétérinaire infirmier pédiatre immunité sérologie PCR centre de tris centre de triage centre de prélèvement testing tracing suivi des contacts tracking contagieux contagion contaminé virologue épidémiologique professionnels de santé médicaments EPI équipement de protection FFP2 FFP3 masque chirurgical chloroquine kinésithérapeute podologue pédicure pharmacie pharmacien psychologue dermatologue audicien laboratoire diagnostic clinique goutelette infection infectieux comorbidité diabète cardiaque sécurité alimentaire précaution prévention animaux animal élevage apiculteur éleveur producteur consomateur magasin d’alimentation aliment manger alimentaire emballage paquet boite denrée amazone b-post commande institutions spécialisées éducateur handicap MRS résidence-service soins psychiatriques ambulatoire maladie chronique stress peur angoisse thérapeute suicide écoute télé-accueil victime violence conjugale personnel soignant deuil hommage
  • Les coronavirus, qu'est-ce que c'est ?

    Les coronavirus sont une famille de virus pouvant provoquer une infection chez l’homme et chez divers animaux, parmi lesquels les oiseaux et des mammifères comme les chameaux, les chats et les chauves-souris. Certains coronavirus animaux sont zoonotiques, ce qui signifie qu’ils peuvent se transmettre de l’animal à l’être humain.

    À ce jour, il a été démontré que sept coronavirus peuvent provoquer aussi une infection chez l’être humain. Lorsque des coronavirus d’origine animale évoluent, contaminent l’être humain et continuent à se propager entre êtres humains, cela peut déboucher sur des épidémies comme celles du MERS-CoV et du SRAS.

  • Où le nouveau coronavirus (COVID-19) est-il apparu ?
    Le COVID-19 est une nouvelle souche de coronavirus qui n’avait pas encore été constatée chez l’être humain auparavant. L’épidémie a commencé dans la ville chinoise de Wuhan, capitale de la province de Hubei. Dans les premiers moments, il a semblé que l’épidémie était liée au marché South China Seafood City. Ce marché accueille des commerçants en fruits de mer, volailles, chauves-souris, marmottes et autres animaux sauvages, ce qui indique une probable origine animale de ce virus. Le virus est transmissible d’homme à homme et s’est entre-temps propagé à d’autres pays.
  • Quels sont les symptômes du nouveau coronavirus (COVID-19) ?
    Les symptômes varient d’une maladie modérée à sévère des voies respiratoires s’accompagnant de fièvre, de toux et de difficultés respiratoires. Certains groupes de personnes sont considérées comme “à risques”, c’est-à-dire âgées qu’elles semblent plus vulnérables à souffrir de symptômes plus sévères. Il s’agit essentiellement des personnes âgées et des personnes souffrant de maladies chroniques graves.
  • Que représente une infection au coronavirus (COVID-19) pour une personne en bonne santé d’une vingtaine, trentaine ou quarantaine d’années ?
    La probabilité d’attraper le coronavirus pour une personne en bonne santé d’une vingtaine, trentaine ou quarantaine d’années est la même que pour n’importe quelle autre personne. On constate cependant peu de complications et donc de nécessité d’une hospitalisation liée au coronavirus pour cette tranche d’âge.
  • Qui sont les personnes considérées comme à risques ?
    Il s’agit des personnes âgées de plus de 65 ans, des personnes diabétiques, présentant des maladies cardiaques, pulmonaires ou rénales et des personnes dont le système immunitaire est affaibli.
  • Les femmes enceintes sont-elles donc des personnes à risques ?
    Il n’y a pas d’indication scientifique que les femmes enceintes soient plus sensibles à cette infection ou à ses conséquences. Il y a d’ailleurs peu de femmes enceintes parmi les patients les plus malades, ce qui est rassurant. De plus, on constate de manière générale très peu de contaminations graves pour les tranches d’âge où les femmes sont enceintes. Il n’existe aucune preuve qu’une infection durant la grossesse puisse avoir un effet négatif sur le fœtus ou que le virus puisse être transmis de la mère à l’enfant pendant la grossesse.
  • Les enfants ont-ils plus de risques d’être contaminés ?
    Les enfants peuvent également être contaminés par le coronavirus mais ont peu de risques de développer une forme sévère de la maladie. Ils peuvent cependant facilement transmettre le virus, y compris s’ils sont asymptomatiques. Il est donc recommandé d’éviter pour le moment leurs contacts avec les personnes à risques, notamment leurs grands-parents.
  • Je suis une personne à risques, que dois-je faire ?
    Restez chez vous autant que possible. Évitez tout contact avec des personnes extérieures à votre famille et suivez scrupuleusement toutes les mesures d’hygiène. Il est également préférable que les membres de la famille entrent le moins possible en contact avec d’autres personnes.
  • Suis-je protégé contre COVID-19 si j'ai reçu le vaccin antigrippal cette année ou le vaccin contre le pneumocoque ?
    La grippe et le virus qui provoque le COVID-19 sont deux virus très différents et le vaccin contre la grippe saisonnière ne protégera pas contre le COVID-19. Le vaccin contre le pneumocoque ne protège pas contre les pneumonies virales.
  • Comment le coronavirus se propage-t-il ?
    Le coronavirus se propage de personne à personne par de petites gouttelettes provoquées par la toux ou les éternuements. Par l’intermédiaire de ces gouttelettes, le virus se retrouve dans l’air, sur des objets et des surfaces. Le virus peut ainsi contaminer toute personne qui inhale ces gouttelettes ou les introduit par les mains dans sa bouche, son nez ou ses yeux. Il n’y a aucune preuve que la contamination se fasse par la peau. Le risque de contamination peut être réduit en gardant une distance de plus d’un mètre avec des personnes malades, en se touchant le moins possible le visage et en veillant à une bonne hygiène des mains.
  • Le port d'un masque pour se protéger contre le nouveau coronavirus a-t-il un sens ?
    L’utilisation de masques buccaux pour prévenir l’infection au coronavirus n’a de sens que dans les hôpitaux où sont soignés les patients contaminés au coronavirus ainsi que, dans les laboratoires, pour l’examen du matériel corporel de ces patients. Il est clair que le port du masque – même dit de confort – jouera aussi un rôle important dans la stratégie de déconfinement. Si vous souhaitez savoir plus sur l’utilité d’un masque buccal: https://www.info-coronavirus.be/fr/masque/
  • Existe-t-il un risque d'infection par le biais d’un contact avec des objets et surfaces ?
    Ce risque existe mais il est beaucoup plus faible que lors d’un contact direct avec une personne infectée. Dans des conditions idéales, le coronavirus survit en moyenne environ trois heures sur des surfaces et des matériaux lisses (comme les poignées de porte, les rampes, les tables, etc.). Le virus ne survit pas bien sur du matériel absorbant (tel que le carton, le papier, le textile…). Le virus est très sensible au dessèchement, à la chaleur et à la lumière du soleil. Toute personne qui absorbe des gouttelettes porteuses du virus dans la bouche, le nez et les yeux - par contact avec les mains - peut être infectée par le virus. Il est important de se laver les mains de manière régulière et rigoureuse après un contact avec des surfaces et des emballages qui ont été touchés par de nombreuses personnes.
  • Le coronavirus va-t-il disparaître avec le printemps ?
    Il n’y a actuellement aucune preuve que le printemps fera ralentir ou disparaître le coronavirus. En se basant sur d’autres coronavirus comme point de comparaison, il est possible que ce nouveau virus présente aussi une évolution saisonnière, et que sa propagation soit ralentie par les températures plus élevées et la lumière UV du printemps. Par contre, même après avoir disparu quelques mois, le virus peut réapparaître. Mais il est encore trop tôt pour connaitre le profil de ce virus.
  • Je suis accompagnateur de train, réceptionniste, je travaille à un guichet de l’aéroport : est-ce dangereux de toucher en permanence des objets d’autrui ?
    Il est difficile d’éviter de prendre et toucher des objets. C’est pourquoi il est important de se laver les mains régulièrement et soigneusement. Veillez surtout à toucher le moins possible votre visage avec vos mains.
  • Puis-je être contaminé par le biais de la nourriture ?

    A ce jour, les aliments n’ont pas été identifiés comme une source ou une voie probable de transmission du virus. De plus, les coronavirus ne sont pas des virus très résistants dans l’environnement et ils sont rapidement inactivés lorsqu’ils se retrouvent sur des surfaces. En l’état actuel des connaissances, la probabilité qu’un consommateur soit contaminé par le Covid-19 via l’alimentation est donc très faible et non démontrée. Quoi qu’il en soit, l’AFSCA rappelle aux professionnels que le respect des bonnes pratiques d’hygiène sont primordiales et permettent d’éviter la plupart des contaminations : Quoi qu’il en soit, l’AFSCA rappelle aux professionnels que le respect des bonnes pratiques d’hygiène sont primordiales et permettent d’éviter la plupart des contaminations :

    • • préparer les aliments séparément, surtout lorsqu’on manipule des viandes crues,
    • • laver abondamment à l’eau chaude et au savon les surfaces ayant servi à la préparation des aliments, surtout celle des viandes crues,
    • • se laver les mains à l’eau chaude et au savon entre chaque manipulation,
    • • cuire suffisamment toute viande crue (70°C à cœur durant au moins 2 minutes),
    • • éviter de préparer des aliments lorsqu’on est malade.

    Plus d’information concernant la sécurité alimentaire: http://www.afsca.be/professionnels/publications/communications/coronavirus.asp

  • Les animaux domestiques peuvent-ils infecter un homme s’ils ont été en contact avec des personnes infectées ?

    Le risque d’infection par le Covid-19 associé aux animaux domestiques est actuellement évalué comme négligeable, le Covid-19 se transmet principalement par contacts rapprochés d’homme à homme. Bien qu’on suspecte que le Covid-19 provienne initialement du monde animal sauvage, il s’est depuis adapté à l’homme (virus « humanisé »), aucune donnée ne permet encore de considérer les animaux domestiques comme à risque pour l’homme pour la transmission du covid-19. Les règles d’hygiène classiques (éviter les contacts rapprochés avec votre animal, surtout si vous êtes malade, se laver les mains après manipulation de tout animal) sont donc ici encore une fois recommandées si vous avez des contacts avec des animaux qui pourraient véhiculer, par contamination environnementale, le virus sur eux pendant de courtes périodes.

    Plus d’information concernant les animaux de compagnie: http://www.afsca.be/professionnels/publications/communications/covid19/animaux.asp#animaux

  • Y a-t-il des cas de nouveau coronavirus en Belgique ?

     Pour les dernières nouvelles sur la situation en Belgique

    • • Consultez la rubrique “News” de notre site
    • • Voir également le bulletin épidémiologique sur le site de Sciensano.
  • Quels sont les signaux d’alarme auxquelles je dois prêter attention?
    Si vous vous sentez malade, toussez, avez mal à la gorge, des difficultés de respiration, le coronavirus est l’un des virus qu’il est possible que vous ayez attrapé.
  • Que dois-je faire si j'ai des symptômes ?
    Évitez de vous rendre dans la salle d’attente de votre médecin ou aux urgences : contactez plutôt votre médecin par téléphone. Mentionnez vos symptômes, vos contacts et vos éventuels antécédents de voyage. Le médecin pourra évaluer, sur la base d’une procédure spécifique, les personnes pour lesquelles un test coronavirus devrait être envisagé. N’oubliez pas que vous pouvez aussi avoir la grippe hivernale.
  • Comment puis-je éviter de contaminer mes proches? Comment puis-je éviter d’être contaminé si l’un de mes proches a le coronavirus?
    Nous avons rassemblé quelques conseils pour les personnes en isolement et pour leur entourage. Consultez-les dans notre brochure
  • Que puis-je faire pour me protéger et protéger les autres ?

    Chacun peut apporter sa pierre à l’édifice de la lutte contre le coronavirus! Certaines personnes peuvent en effet être atteintes du coronavirus mais asymptomatiques, et donc ignorer qu’ils peuvent le transmettre.Chacun peut appliquer ces quelques mesures d’hygiène :

    • • Restez à la maison si vous êtes malade.
    • • Très important: lavez-vous les mains régulièrement à l’eau et au savon
    • • Eternuez et mouchez-vous dans un mouchoir en papier. N’utilisez chaque mouchoir qu’une seule fois et jetez-le ensuite dans une poubelle fermée.
    • • Vous n’avez pas de mouchoir en papier ? Eternuez ou toussez dans le creux de votre coude. Il est plus prudent de garder une certaine distance dans vos interactions sociales afin de ralentir la propagation du virus.
    • • Evitez de serrer la main ou d’embrasser votre interlocuteur.
    • • Accordez une attention toute particulière aux personnes considérées à risques, comme les personnes âgées de plus de 65 ans, les personnes diabétiques, présentant des maladies cardiaques, pulmonaires ou rénales et les personnes dont le système immunitaire est affaibli.
    • • Les enfants ne font pas partie de ces groupes de personnes à risques mais peuvent facilement transmettre le virus. Il est donc préférable d’éviter les contacts entre enfants et personnes âgées.
    • • Evitez les contacts avec les personnes visiblement malades.
  • Y a-t-il des mesures spécifiques à adopter/suivre dans une maison de repos et infrastructures de soins ?

    Il s’agit d’un point important, les personnes plus âgées ou souffrant d’une affection chronique courant un plus grand risque de développer une forme grave du coronavirus. Accordez-leur dès lors une attention toute particulière.La réglementation concernant les maisons de repos relevant des compétences des Régions, nous vous invitons à consulter leurs recommandations:

  • Comment me laver les mains ?
    • • Lavez-vous les mains de préférence à l’eau courante, de préférence tiède ou chaude, et au savon liquide.
    • • Si vous êtes en route et que vous ne pouvez pas vous laver les mains, touchez votre visage le moins possible et lavez-vous les mains dès votre arrivée.
    • • Si vous n’avez pas d’eau, de savon et de serviette à proximité et que vous voulez quand même vous laver les mains, vous pouvez utiliser du gel à base d’alcool.

    logo_campagne_spf Vous pouvez trouver des instructions en ligne pour vous laver correctement les mains.
    Source: Vous êtes en de bonnes mains
    (Campagne SPF Santé publique)

  • Quelles sont les recommandations en matière de port de masque/de gants dans l’espace public ?

    Le transfert de COVID-19 se fait par l’intermédiaire de gouttelettes et par contact avec des surfaces contaminées, et non par l’air. Par conséquent, le port d’un masque ne protège pas contre l’infection, si l’on n’a pas de contact étroit (à une distance de 1,5 mètres) avec une personne malade.

    Se couvrir la bouche et le nez fera partie des bonnes pratiques pendant ce déconfinement lorsque des contacts étroits ne pourront être évités. Cela peut se faire par l’intermédiaire d’un masque dit « de confort » ou d’une autre protection alternative (écharpe, bandana). Cette pratique est :

    • • Fortement recommandée dans l’espace public et les commerces et pour les clients des marchés ;
    • • Obligatoire dans les transports en commun dès l’entrée dans l’aéroport, la gare, sur le quai ou un point d’arrêt, dans le bus, le (pré)métro, le tram, le train ou tout autre moyen de transport organisé par une autorité publique pour les usagers de 12 ans et plus. Néanmoins, le personnel roulant des sociétés de transport en commun n’est pas obligé de se couvrir la bouche et le nez, pour autant d’une part que le conducteur soit bien isolé dans une cabine et d’autre part qu’une affiche et/ou un autocollant indique aux usagers la raison pour laquelle le conducteur ne porte pas de masque.
    • • Obligatoire dans les écoles pour le personnel et tous les élèves de 12 ans et plus;
    • • Obligatoire pour les commerçants des marchés et leur personnel ;
    • • Obligatoire pour les professionnels exerçant un métier de contact et leurs clients à partir de 12 ans. Le masque du client ne peut-être ôté que pour un traitement spécifique au visage et uniquement pendant le temps strictement nécessaire à ce traitement.

    Cette pratique n’est pas une protection suffisante si elle ne s’envisage pas dans le cadre du respect des distances de sécurité et des mesures d’hygiène.

    Pour plus d’information sur les masques en tissu : https://www.info-coronavirus.be/fr/masque/

    Le port de gants n’est en revanche pas recommandé car il donne un faux sentiment de sécurité, et on ne se lave plus les mains, tout en se touchant la bouche, le nez et les yeux avec la main gantée, ce qui peut encore entraîner une infection. Il est préférable de se laver les mains régulièrement avec de l’eau et du savon.

  • Y a-t-il des mesures particulières prises dans les hôpitaux?

    Malgré les mesures générales de distance sociale, les soins pour les personnes sont prioritaires et doivent être garantis.

    Ces dernières semaines, l’épidémie a eu un impact important sur l’offre de soins, tant au niveau de la médecine de première ligne que des hôpitaux. Des groupes de travail étudient déjà comment répondre à la fois à l’impératif de continuer à offrir les meilleurs soins aux personnes infectées par le covid-19 tout en élargissant graduellement et de façon sécurisée l’accès aux soins de santé généraux et spécialisés. La volonté est que, le plus rapidement possible, chacune et chacun puissent avoir accès aux soins de santé de manière à nouveau « normale » tout en évitant de saturer les infrastructures médicales nécessaires à la prise en charge des malades du virus. Il est conseillé de s’informer auprès des institutions de soins et de suivre leurs directives.

    Depuis le 4 mai 2020, les prestataires de soins de santé qui sont actifs dans les soins ambulatoires peuvent exercer leurs activités pour les soins urgents et non urgents moyennant le respect des recommandations reprises à l’adresse suivante : https://www.health.belgium.be/fr/covid-19-reprise-des-soins-ambulatoires-en-cabinet-prive

    Les prestataires de soins de santé qui travaillent dans les hôpitaux peuvent également pratiquer des soins urgents et non-urgents conformément aux lignes directrices disponibles sur le site internet du VBS-GBS : http://www.vbs-gbs.org et du SPF Santé Publique.

    En ce qui concerne les dons de sang, ceux-ci doivent se poursuivre, dans le respect maximal des mesures de distanciation sociale. Les personnes malades doivent être exclues comme toujours.

  • Les visites sont-elles autorisées dans les hôpitaux ?
    Les visites sont toutes interdites excepté pour les parents d’enfants de moins de 18 ans et pour la famille proche de patients en situation critique ou en soins palliatifs. L’accompagnement de patients devant se rendre à des consultations ou tests nécessaires devra être limité à une personne. Des discussions sont encore en cours pour permettre les visites prochainement. Pour les hôpitaux psychiatriques et structures de revalidation, les visites devraient pouvoir reprendre dès le 11 Mai
  • Les visites sont-elles autorisées dans les maisons de repos, les centres de soins ou dans les institutions de soins résidentiels qui, par exemple, s’occupent de la prise en charge de personnes moins valides souffrant de troubles ou d’affections multiples ?

    Les visites essentielles (aidants proches, …) sont autorisées afin de ne pas totalement isoler socialement les résidents. Consultez le centre ou l’institution de soins pour voir si une visite peut se faire de façon sécurisée.

    Plus d’information sur les services résidentiels:

    Une zone de de discussion séparant les visiteurs des résidents par une plaque en verre dans le hall d’entrée du centre peut être mise en place pour permettre une visite plus sécurisée. Dans ce cas, il faut que la zone de discussion soit désinfectée après chaque visite.

  • Les services d’aide à domicile et d’aide familiale peuvent-ils continuer leurs activités ?

    L’assistance, en ce compris des bénévoles, aux personnes âgées, aux personnes en situation de handicaps ou aux personnes vulnérables peut se poursuivre. Sont ici compris (entre autres) :

    • • les services d’aide à domicile
    • • les services d’aide familiale
    • • les services d’assistance aux personnes en situation de handicap
    • • les infirmier(e)s à domicile
    • • les maisons d’accueil pour femmes battues
    • • les maisons d’accueil et structure d’hébergement pour personnes en difficultés sociales et abris de nuit ;
  • Qui est soumis au test de dépistage?
    Des informations détaillées concernant la procédures de dépistage sont disponibles sur le site de Sciensano : https://epidemio.wiv-isp.be/ID/Pages/2019-nCoV_procedures.aspx.
  • Les professionnels de la santé peuvent-ils continuer à travailler en cas d’apparition de symptômes?
  • Les ambulanciers peuvent-ils continuer à travailler en cas d’apparition de symptômes?
    Les ambulanciers peuvent continuer à exercer en cas de légers symptômes moyennant l’utilisation d’un masque de protection. En cas de fièvre de plus de 37,5°C , ils ne peuvent plus exercer et doivent rester à la maison.
  • Tous les services de soins de santé appartiennent à un groupe à risque en termes de contamination par le COVID-19. Y aura-t-il une reconnaissance automatique comme accident du travail/maladie professionnelle s'il s'avère qu'ils sont infectés par ce virus?
    L’infection par le nouveau COVID-19 peut être reconnue comme maladie professionnelle (voir https://fedris.be/fr/news#news-2695). Les demandes d’indemnisation doivent cependant être accompagnées des résultats d’un test de laboratoire confirmant la présence du COVID-19.
  • Les service flats ou résidences services sont-ils considérés comme des centres de soins ?
  • Pourquoi faudra-t-il porter un masque alors qu’il ne le fallait pas jusqu’à présent ?

    Lorsque certaines mesures seront assouplies après le 4 mai, le travail reprendra progressivement, les commerces rouvriront peu à peu leurs portes et nous retrouverons une vie sociale. Cela impliquera que de nouvelles situations se produiront : des personnes qui ne sont actuellement pas en contact, car elles restent à la maison, le seront à nouveau. Il sera crucial d’éviter que l’épidémie ne connaisse un nouveau pic.

    Les gestes de base les plus efficaces contre la propagation du Covid-19 restent de se laver les mains régulièrement, de garder une distance physique d’1,5 mètre avec les autres personnes et d’éternuer et tousser dans un mouchoir en papier ou dans le creux de son coude.

    La recommandation en faveur du port du masque, pour accompagne cette nouvelle étape, complète les précédentes consignes de santé publique.

  • Dans quelle situation est-il indiqué de porter un masque avant le 4 mai ?

    Jusqu’à présent, le port du masque était indiqué dans deux situations :

    • • Pour les personnes qui sont malades, afin d’éviter qu’elles ne contaminent d’autres personnes

    • • Pour les professionnels de la santé et les personnes qui prennent soin des autres.

    Le port du masque pour ces deux catégories de personnes reste le plus important. Les masques FFP2 restent réservés aux professionnels des soins de santé, des maisons de repos, des collectivités et des services de sécurité.

  • Dans quelle situation faudra-t-il porter un masque à partir du 4 mai ?

    Dans l’évolution de cette pandémie, une nouvelle étape va voir le jour. Les phases successives d’adaptation de mesures, au plus tôt à partir du 4 mai prochain, impliqueront que chacun fera des déplacements plus fréquents pour aller travailler ou pour se rendre dans un commerce. Le port du masque sera alors recommandé pour toutes les personnes qui peuvent l’utiliser correctement, lorsqu’elle se trouveront en contact étroit (moins d’1,5 mètre) avec d’autres personnes. Il sera d’autant plus recommandé dans le cas d’un contact avec une personne vulnérable.

    Le port du masque sera donc recommandé dans l’espace public, a fortiori lorsque le maintien d’une distance physique de sécurité n’est pas possible. Il sera obligatoire dans les transports en commun, pour tous les voyageurs de plus de 12 ans et dans les entreprises ne pouvant garantir la distance physique. Cette obligation est également valable si, par exemple, vous vous trouvez seul(e) dans le train. Le masque limitera votre possibilité de contaminer une surface lisse qui pourrait être ensuite touchée par d’autres personnes.

  • Sera-t-il obligatoire de porter un masque ?

    Le port du masque est fortement recommandé.

    Il est obligatoire :

    • • dans les transports en commun pour les passagers de plus de 12 ans, dès leur arrivée dans une gare ou à un point d’arrêt ;

    • • dans les entreprises, lorsque la distance physique ne peut pas être garantie.

    Des initiatives seront mises en œuvre pour que chaque citoyen puisse disposer d’au moins une protection en tissu. Chaque citoyen devrait également recevoir deux filtres à intégrer aux masques déjà acquis ou confectionnés. Des informations supplémentaires seront communiquées prochainement.

  • Quelle protection le masque buccal procure-t-il ?
    Le port d’un masque buccal n’est pas fait en premier lieu pour se protéger, mais bien pour protéger les autres. Dit autrement, vous serez protégé par les gens portant un masque autour de vous.
  • Qui devra porter un masque ?

    Cette recommandation s’appliquera à toute personne qui est en mesure de porter le masque de manière adéquate. Elle ne s’applique donc pas :

    • • aux jeunes enfants, qui risquent de mal le manipuler,

    • • aux personnes souffrant d’un problème de santé pour lequel le port du masque est contre-indiqué.

  • Combien de temps doit-on porter le masque avant de le changer ?
    Le masque doit être changé toutes les 8h ou toutes les 4h en cas d’usage « intensif » (par exemple, dans le cas d’un(e) enseignant(e) qui donne cours devant sa classe) ou lorsqu’il devient humide ou visiblement sale. Il doit être lavé à 60°C après chaque utilisation.
  • Comment mettre le masque ?
    • • Avant de mettre le masque, lavez-vous les mains soigneusement.
    • • Ne touchez que les élastiques ou rubans d’attache pour mettre votre masque.
    • • Le masque doit couvrir votre nez, votre bouche et votre menton et être attaché étroitement sur les côtés
    • • Commencez par attacher le masque par le haut, en l’ajustant sur le nez, puis attachez-le par le bas, en l’ajustant de manière à ce qu’il recouvre le menton.
  • Comment enlever le masque ?
    • • Pour enlever le masque, ne touchez que ses élastiques ou rubans d’attache.
    • • Après avoir enlevé le masque, lavez-vous les mains soigneusement.
    • • Si vous devez enlever votre masque pour une courte durée (par exemple, pour boire), posez-le dans un endroit propre qui peut ensuite être nettoyé facilement ou placez-le dans un sac hermétique propre.
  • Comment porter un masque ?
    • • Lorsque votre masque est attaché, évitez de le toucher.
    • • Si le masque glisse ou n’est pas bien attaché, ne le touchez que par ses côtés pour le réajuster.
    • • Evitez d’enlever et remettre le masque trop souvent.
  • Puis-je porter le masque autour de mon coup, par exemple le temps de boire quelque chose ?
    Non, à cause du risque de contamination. Si le masque doit être enlevé, par exemple pour boire quelque chose, il doit être déposé dans un endroit propre qui serait nettoyé après. Vous pouvez aussi le tenir par les lanières ou élastiques.
  • Comment faire si je porte une moustache ou la barbe ?
    Puisque l’utilité du masque est de protéger les autres, il n’est pas très important que le masque s’adapte parfaitement à votre visage. Il n’est donc pas nécessaire de raser votre moustache ou votre barbe.
  • Quel type de masque faut-il porter ?
    Les masques FFP2 doivent être réservés à l’usage des professionnels de la santé. Pour l’usage du masque comme accompagnement de l’assouplissement des mesures, un masque en tissu conçu selon les spécifications recommandées ici est tout à fait adapté, s’il est porté et entretenu adéquatement. Si vous n’avez pas encore de masque et que vous ne pouvez pas en fabriquer vous-même, vous pouvez utiliser un foulard ou une écharpe pour couvrir votre nez et votre bouche.
  • Puis-je utiliser un foulard ou une écharpe à la place du masque ?
    Un masque conçu selon les spécifications recommandées est plus adapté qu’un foulard ou une écharpe mais, s’il ne vous est pas possible de vous en procurer, un foulard ou une écharpe peuvent être utilisés, à condition que deux couches de tissus soient placées devant votre visage et que ces tissus soient lavés à 60°C après chaque utilisation.
  • Que faire si je dois éternuer ou tousser alors que je porte un masque ?

    Vous pouvez tousser dans le masque.

    Si vous devez éternuer:

    • • Enlevez de préférence le masque,
    • • Éternuez dans un mouchoir en papier que vous jetez ensuite,
    • • Remettez le masque après vous être lavé les mains.

    Si ce n’est pas possible, le masque doit en tout cas être enlevé lorsqu’il est mouillé ou souillé.

  • Puis-je fabriquer des masques en tissu pour moi-même ou pour d’autres personnes ?
    Bien sûr ! Il s’agit même d’un acte solidaire que nous encourageons et pour lequel nous vous félicitons. Veuillez toutefois respecter les spécifications recommandées et suivre un modèle validé scientifiquement.
  • Quel tissu dois-je utiliser pour la fabrication d’un masque ?
    • • Utilisez des tissus densément tissés, qui offrent une meilleure protection.
    • • Utilisez des tissus qui permettent de respirer facilement, comme le coton.
    • • Utilisez des tissus qui peuvent être lavés à 60°C.
    • • Evitez les tissus trop rigides, trop chauds ou irritants.
    • • Utilisez deux ou trois couches de tissu.
    • • L’utilisation d’un filtre dans le masque peut améliorer la capacité de filtrage du masque, mais cela peut aussi entraver la respiration, ce qui rendra difficile de porter le masque pendant longtemps.
    • • Utilisez deux couleurs différentes, pour qu’il soit facile de distinguer le côté intérieur du côté extérieur du masque.
  • Quel modèle dois-je suivre pour la fabrication d’un masque en tissu ?
  • Comment laver un masque en tissu ?
    • • Le masque doit être changé toutes les 8h ou toutes les 4h en cas d’usage « intensif » (par exemple, dans le cas d’un enseignant qui donne cours devant sa classe) ou lorsqu’il devient humide ou visiblement sale.
    • • Le masque doit être lavé après chaque utilisation.
    • • Le masque doit être lavé avec du produit de lessive, soit dans la machine à laver à 60°C avec le reste du linge, soit en étant bouilli dans une casserole réservée à cet usage. Si le masque est lavé à basse température, par exemple à la main, il doit ensuite être repassé à haute température.
    • • Après avoir touché un masque sale, par exemple pour le mettre dans la machine à laver, lavez-vous les mains soigneusement.
    • • Le masque doit être totalement sec avant d’être réutilisé : il est donc recommandé de disposer de minimum deux masques.
  • Comment conserver un masque propre ?
    Ne laissez pas votre masque traîner dans votre maison. Choisissez un lieu fixe et propre pour vos masques propres. Ne touchez le masque propre qu’après vous être lavé les mains et ne touchez jamais le côté intérieur du masque. Ne placez pas le masque dans le congélateur ou le frigo : le froid ne tue pas le virus et le masque risquerait de contaminer vos aliments.
  • Qu’est-ce que le suivi des contacts ?

    Le suivi des contacts est une méthode de prévention individualisée permettant d’identifier les personnes qui ont été en contact avec un porteur, confirmé ou très probable, du Covid-19. Pour dépister rapidement ces personnes, il est utile de les informer qu’elles sont elles-mêmes potentiellement porteuses du virus et de leur donner les conseils adaptés.

    La méthode du suivi des contacts n’est pas nouvelle. Elle est utilisée mondialement pour prévenir la propagation de certaines maladies comme la rougeole ou la méningite. En Belgique, le suivi des contacts est réalisé par le biais d’une collaboration historique entre l’AVIQ pour la Wallonie, les services du Collège réuni (COCOM) pour Bruxelles, la VAZG pour la Flandre et le Ministère de la Communauté Germanophone.

    Le suivi des contacts implique la collaboration des personnes infectées par le COVID19, puisqu’il va leur être demandé d’identifier leurs contacts. Cette collaboration est essentielle pour contribuer à ralentir la propagation du virus.

  • Pourquoi faisons-nous maintenant un suivi des contacts ?
    Le suivi des contacts n’est réalisable et utile que lorsque le nombre de contaminations est limité. Pendant le pic, le nombre de contaminations était tel qu’il était impossible de contacter chaque personne potentiellement malade pour lui demander avec qui elle avait été en contact. En cette phase de l’épidémie, cette méthode contribuera à identifier à temps une résurgence de la circulation du virus et de la prévenir.
  • Suis-je obligé de contribuer au suivi des contacts ?
    Votre contribution peut aider les autres et vous aider vous-même. Grâce à votre aide, d’autres personnes pourront être informées et conseillées à temps. Plus nous identifierons de contacts, plus nous pourrons diminuer le risque d’une nouvelle vague de contamination. De cette manière, nous éviterons ensemble de devoir appliquer de nouvelles mesures renforcées. Votre contribution n’est donc pas obligatoire mais constitue un acte essentiel de solidarité et de citoyenneté dans la lutte contre le Covid-19.
  • Quels sont les contacts que je devrai donner et qui seront suivis ?
    Si vous êtes vous-même positif pour le Covid-19 ou que vous présentez des symptômes suspects, il est important de connaître les contacts que vous avez eu dans les deux jours précédant vos premiers symptômes et jusqu’au moment où vous avez commencé votre isolement. (par exemple : les membres de votre famille, vos collègues, un ami ou une amie avec lequel/laquelle vous avez fait une promenade, le facteur à qui vous avez parlé…). Si cela est possible, votre liste devrait reprendre le nom, le numéro de téléphone, l’adresse postale et l’adresse email de ces personnes. Voici un formulaire pour vous aider à réaliser cette liste : https://d34j62pglfm3rr.cloudfront.net/downloads/Liste+des+contacts+%C3%A0+remplir.pdf.
  • Mes données sont-elles suffisamment protégées pendant le suivi des contacts ?

    Nous traiterons vos données de manière totalement confidentielle. Comment?

    • Vos données, ainsi que les données de personnes avec qui vous avez été en contact, sont récoltées et traitées dans une banque de données par l’Institut belge de santé, Sciensano.

    • L’information que vous transmettez sera utilisée pour

      1. Pouvoir tracer les patients concernés et les contacter à l’aide d’un centre d’appel ;

      2. Fournir des informations pertinentes aux services de prévention et d’inspection sanitaires des régions dans le cadre d’initiatives visant à contrer l’extension d’effets néfastes causés par des maladies infectieuses ;

      3. Permettre une recherche scientifique, statistique et/ou de support à la politique, après pseudonymisation ou anonymisation des données.

    • Une grande importance est accordée à la protection de vos données à caractère personnel. De ce fait, l’accès à vos données personnelles est limité

      1. Au centre d’appel

      2. Aux services de prévention et d’inspection sanitaires des Régions

      3. Aux scientifiques liés au COVID-19 Risk Assessment Group. Tous ces acteurs ainsi que les techniciens de Sciensano qui entretiennent la banque de données sont tenus de traiter vos données en toute confidentialité. Toutes les données à caractère personnel reçues seront effacées par Sciensano avant le 9 juin 2020. Les données destinées à la recherche scientifique seront conservées jusqu’à 30 ans après le décès du patient dans un environnement distinct et sous forme pseudonymisée.

    • Les personnes de votre liste de contact ne seront pas informées de votre nom lorsqu’elles seront appelées. Vous resterez anonyme.

    • Les informations que vous transmettez ne seront pas utilisées pour vérifier que vous respectez bien les mesures. Elles ne sont pas partagées avec la police, la Justice ou un autre service de contrôle.

  • Comment les autorités sont-elles informées ?
    Si vous êtes présentez des symptômes suspects, prenez contact avec votre médecin généraliste. S’il pense que vous êtes contaminé, il vous prescrira un test et vos données seront automatiquement envoyées vers la base de données sécurisée. Le contact center ne sera notifié que si le résultat de votre test est positif. Dans des circonstances exceptionnelles, votre médecin pourra transmettre vos données immédiatement au contact center pour que le suivi des contacts puisse débuter plus rapidement. Cela ne concerne que les cas Covid-19 très suspects. Votre médecin généraliste vous communiquera les résultats de votre test, qu’ils soient positifs ou négatifs.
  • Quand le suivi des contacts commence-t-il ?

    Lorsque vous contactez votre médecin, celui-ci vous fait faire un test de dépistage. Vous vous isolez immédiatement à la maison. Si le médecin pense que votre contamination au Covid-19 est très probable, il avertit immédiatement le contact center et le suivi des contacts débute. Si le médecin pense que votre contamination est possible, il attend le résultat du test pour notifier le contact center. Si le résultat est positif, vous et vos contacts recevrez un appel ou une visite d’un collaborateur des autorités et le suivi des contacts débute. Si le résultat est négatif, il n’y aura pas de suivi des contacts, à moins que votre médecin, sur base de son examen de votre condition, ne craigne que le résultat du test ne soit erroné. Votre médecin généraliste peut donc décider d’initier un suivi des contacts.

    Dans l’attente du résultat de votre test ou de la décision du médecin d’initier un suivi, vous pouvez commencer à essayer de faire une liste des personnes avec lesquelles vous avez eu des contacts au cours des deux jours précédant vos symptômes (par exemple : les membres de votre famille, vos collègues, un ami ou une amie avec lequel/laquelle vous avez fait une promenade, le facteur à qui vous avez parlé, …). Voici un formulaire pour vous aider à réaliser cette liste : https://d34j62pglfm3rr.cloudfront.net/downloads/Liste+des+contacts+%C3%A0+remplir.pdf.

  • Comment serai-je contacté ?
    Le collaborateur de l’autorité peut vous contacter de différentes manières : par téléphone via le numéro 02/214.19.19, par courrier, par email, par SMS via le numéro 8811. Ce sont les seuls numéros qui seront utilisés. Si vous ne répondez pas aux appels, un collaborateur peut venir à votre domicile.
  • Et si je ne peux pas citer tout le monde ?

    C’est normal, lors du suivi des contacts, de ne pas être capable de citer tout le monde. Essayez de nommer le plus possible de contacts pour qu’ils puissent recevoir les conseils adéquats. C’est d’autant plus important pour les personnes avec lesquelles vous avez eu des contacts étroits, c’est-à-dire avec qui vous avez été en contact pendant plus de 15 minutes à une distance de moins de 1,5 mètre.

    Pour contribuer à prévenir la propagation du Covid-19, il reste de la plus haute importance de suivre les gestes de précaution de base:

    • • Restez à la maison si vous vous sentez malade

    • • Lavez-vous les mains régulièrement et soigneusement

    • • Gardez une distance d’1,5 mètre avec les autres personnes

    • • Limitez vos contacts physiques. Communiquez avec votre famille et vos amis via une application en ligne.

  • Puis-je aller travailler si j’ai été en contact avec un patient Covid-19 ?

    Vous avez eu un contact à haut risque si votre contact était prolongé et rapproché, par exemple, avec un collègue qui est assis près de vous au bureau. Si c’est le cas, vous devez vous isoler à domicile pendant 14 jours. Vous ne pouvez donc pas aller travailler pendant cette période. Si cela est possible, vous pouvez télétravailler. Si ce n’est pas possible, vous devez informer votre employeur de votre absence. Si vous travaillez dans un secteur essentiel (par exemple, en tant qu’infirmier(e)), il peut vous être demandé exceptionnellement d’aller travailler si c’est nécessaire pour garantir la continuité des soins. Si cela arrive, des conditions strictes devront être respectées, dont votre employeur devra vous informer.

    Vous avez eu un contact à bas risque si votre contact était très bref, par exemple, avec un collègue assis loin de vous au bureau. Dans ce cas, vous ne devez pas vous isoler mais vous devez suivre les gestes de précaution de base de manière encore plus stricte. Il est préférable que vous travailliez depuis votre domicile. Si ce n’est pas possible, vous pouvez aller travailler mais en couvrant votre nez et votre bouche, par exemple avec un masque.

    Dans tous les cas, en cas d’apparition de symptômes suspects (fièvre, toux, difficultés respiratoires), isolez-vous et prenez contact avec votre médecin.

  • Serai-je testé si j’ai eu des contacts avec quelqu’un qui est maintenant malade ?

    Si vous avez eu un contact à bas risque et que vous ne présentez pas de symptômes, vous serez contacté mais vous ne serez pas testé. Si vous présentez des symptômes, appelez votre médecin généraliste, qui déterminera si un test est nécessaire.

    Si vous avez eu un contact professionnel à haut risque et que vous avez de nombreux contacts avec des personnes à risques (par exemple: avec des personnes de plus de 65 ans), vous serez testé après vos 14 jours d’isolement à la maison. Si vous avez des symptômes, appelez votre médecin généraliste. Il déterminera s’il est nécessaire que vous passiez un test de laboratoire.

  • J’ai un contact avec une personne qui a eu un contact à haut risque. Suis-je moi-même une personne qui a eu un contact à haut risque ?
    Non, vous êtes une personne qui a eu un contact à haut risque si vous avez-vous-même eu un contact avec quelqu’un qui est positif au Covid-19 ou présente des symptômes suspects.
  • Je vis avec une personne qui a eu un contact à haut risque. Suis-je moi-même à haut risque ?
    Non, il n’y a de contact à haut risque que si vous avez-vous-même eu un contact avec quelqu’un qui est malade ou porteur du virus.
  • Que dois-je faire si je suis en isolation à domicile parce que je suis moi-même malade ?
    • • Appelez votre médecin généraliste pour l’informer des symptômes que vous observez. Si le médecin soupçonne une contamination au Covid-19, il vous fera passer un test à l’hôpital ou éventuellement le fera lui-même. Votre numéro de téléphone vous sera également demandé à ce moment.

    • • Vous réalisez ensuite ce test afin que vous et votre médecin puissiez être fixés sur votre contamination au Covid.

    • • Restez à la maison minimum 7 jours. Si vos symptômes durent plus longtemps, restez à la maison plus longtemps.

    • • Ne quittez pas votre maison. Cela veut dire que vous ne pouvez pas faire les courses ni aller vous promener. Vous pouvez vous faire livrer vos courses ou demander à quelqu’un de votre entourage de les faire pour vous. Vous pouvez aller dans votre jardin ou sur votre terrasse et relever votre boite aux lettres.

    • • Evitez tout contact avec une personne à risques.

    • • Isolez-vous au maximum des personnes qui vivent sous le même toit que vous. Dormez et mangez séparément.

    • • Aérez régulièrement l’espace dans lequel vous séjournez.

  • Que dois-je faire si je suis en isolation à domicile parce que j’ai eu un contact à haut risque ?
    • • Restez 14 jours à la maison.

    • • Décontaminez les surfaces fréquemment touchées telles que les poignées, les robinets, la table et aérez régulièrement les pièces.

    • • Il est préférable de ne pas quitter votre domicile. Pour les achats strictement nécessaires tels que la nourriture et les médicaments, vous pouvez aller dehors si personne d’autre n’est disponible pour vous aider à faire ces courses. Portez toujours un masque buccal et évitez tout contact avec les autres. Vous ne recevrez pas de visiteurs chez vous.

    • • Portez un masque (consultez nos conseils sur https://www.info-coronavirus.be/fr/masque/)

    • • Appelez votre médecin généraliste dès que vous présentez des symptômes, si cela arrive.

    • • Vous êtes prestataire de la santé ?

    Dans ce cas, il est préférable de rester à la maison. Si votre employeur vous le demande explicitement, vous pouvez continuer à travailler lorsque cela est absolument nécessaire pour les soins et qu’il n’y a pas d’autres solutions. Cependant, vous devez porter l’équipement de protection nécessaire. Ce faisant, il faut respecter des conditions d’hygiène et de protection strictes, que votre employeur examinera avec vous.

    Le collaborateur des autorités qui vous contacte vous recontactera probablement à intervalles réguliers pour suivre l’évolution de votre situation.

  • Je vis avec une personne à risque (par exemple : une personne de plus de 65 ans ou une personne souffrant d’une maladie chronique) et j’ai eu des contacts avec une personne porteuse du Covid-19. Dois-je prendre des précautions particulières ?
    Nous vous recommandons d’appliquer autant que possible les conseils d’isolation tels qu’applicables à un patient : vous isoler à la maison de votre cohabitant vulnérable, rester dans une pièce, ne pas dormir ensemble, utiliser des installations sanitaires séparées, des couverts séparés, ventiler votre habitation régulièrement, etc.
  • Au début de l’épidémie, les proches vivant sous le même toit qu’une personne porteuse du COVID19 pouvaient aller à l’école ou au travail pour autant qu’ils n’avaient pas de symptômes de maladie. Qu’en est-il maintenant ?
    Les personnes qui vivent sous le même toit qu’une personne porteuse du COVID19 ne pourront plus aller à l’école ou au travail et devront se mettre en isolement pendant 14 jours. En effet, nous sommes dans une autre phase de l’épidémie et cette phase d’adaptation implique un renforcement des mesures d’isolement pour les personnes porteuses du virus et les personnes avec lesquelles elles ont eu des contacts « à haut risque ». Les personnes qui partagent le quotidien et vivent sous le même toit qu’une personne porteuse du virus sont des contacts à haut risque.
  • Est-ce que je dois noter dans ma liste de contact les personnes qui portaient un masque ?
    Il est important que vous notiez tous vos contacts et que vous les classiez en haut et bas risque, même s’ils portaient des masques. Le niveau de protection suite au port du masque dépend du type de masque mais surtout de s’il est porté correctement. Le collaborateur des autorités réévaluera le risque lors de votre discussion.

Enseignement

  • A partir du 18 mai, les leçons dans les écoles reprendront progressivement. Cela sera conditionné à une série de mesures: tous les élèves ne reprendront pas le chemin de l’école en même temps. Les enseignants et les élèves de plus de 12 ans devront porter un masque. Une garderie restera organisée dans les écoles. Dans l’enseignement supérieur, les cours à distance resteront la norme.

    Plus d’info

    accueil accueillant classe congé parental cours du soir crèche école élève enfance enseignant enseignement enseignement à distance enseignement supérieur établissement étudiant faculté fondamental formation garde garde partagée gardienne haute école instituteur institutrice kot leçon maternelle matière parent parental primaire professeur promotion sociale salle de classe scolaire secondaire
  • Les écoles restent-elles ouvertes ?

    Les leçons et activités sont suspendues dans l’enseignement maternel.

    Les leçons et activités reprennent pour certains élèves dans l’enseignement primaire et secondaire dans des conditions strictes d’organisation.

    Le personnel et tous les élèves à partir de l’âge de douze ans sont tenus de se couvrir la bouche et le nez avec un masque ou toute autre alternative.

    Pour les années scolaires dont les cours et activités ne reprennent pas, une garde est mise en place pour les enfants dont les parents :

    • • travaillent dans le secteur de l’aide et des soins de santé
    • • travaillent dans les services publics essentiels
    • • n’ont pas d’autre possibilité que de les faire garder par un grand-parent faisant partie d’un groupe à risque ( 65 ans et +, problèmes de santé,…).

    Les écoles peuvent mettre du nouveau matériel pédagogique à disposition des élèves à domicile et inviter individuellement les élèves qui doivent faire l’objet d’un suivi spécifique en raison de difficultés scolaires ou des besoins d’apprentissage particuliers. Les déplacements dans ce cadre sont autorisés.

    Les établissements de l’enseignement supérieur et de l’enseignement de promotion sociale (y compris l’enseignement d’adultes non formel) peuvent reprendre leurs leçons et activités conformément aux directives des Communautés et aux mesures supplémentaires prévues par le gouvernement fédéral. Uniquement si la configuration des infrastructures le permet, les Communautés peuvent décider de reprendre l’enseignement artistique à horaire réduit pour des activités limitées.

    Plus d’informations:

  • Les crèches et les gardiennes poursuivent-elles leurs activités ?
  • Comment les gardiennes doivent-elles organiser les mesures de distance sociale ?

    Les mesures d’hygiène nécessaires doivent être respectées, bien que la distance sociale soit difficile à appliquer dans le cadre de la garde d’enfants. Les mesures de distance sociale doivent être strictement respectées par les parents.

    Les groupes d’enfants issus d’une même crèche peuvent être considérés comme appartenant à un groupe social homogène.

  • Qu'en est-il des enfants de parents infectés ou vraisemblablement contaminés?
    Les enfants d’un parent contaminé ne peuvent pas fréquenter l’école ou la structure d’accueil pendant 14 jours. Sciensano a rédigé une procédure concernant les mesures à prendre pour les enfants en collectivités, disponible à l’adresse suivante : https://covid-19.sciensano.be/sites/default/files/Covid19/COVID-19_procedure_children_FR.pdf
  • Les universités, hautes écoles et autres écoles sont-elles fermées ?

    Les universités et hautes écoles organisent principalement les cours à distance. Elles peuvent cependant reprendre les cours et activités selon les directives des Communautés. Les stages reprennent au même rythme de reprise que les secteurs concernés.

    Plus d’informations: http://enseignement.be/index.php?page=28300&navi=4679

  • Qu’est-il prévu concernant l’organisation des examens dans l’enseignement supérieur ?

    Les examens peuvent être organisés. Veuillez-vous référer aux sites web des universités et hautes écoles pour connaitre les modalités d’organisation des examens.

    Des salles de silence peuvent être mises à disposition pour des étudiants qui ne disposent pas d’endroit adapté pour étudier. Cela doit se faire sur rendez-vous et dans le respect de la distanciation sociale. Si ces initiatives sont mises en place dans des bibliothèques publiques, une surveillance des étudiants doit être organisée par la présence de surveillants et de membres du personnel.

  • Qu’en est-il de l’enseignement et de la formation des métiers de la sécurité ?
    Les écoles des métiers de la sécurité poursuivent l’enseignement de base par le biais de l’enseignement à distance ou apportent une aide à l’effort de crise par une formation sur le terrain.
  • Les internats, homes d’accueil et homes d’accueil permanents peuvent-ils ouvrir ?
    Ces établissements restent ouverts. Des modalités particulières d’organisation peuvent être prévues pour ceux-ci.
  • Les formations professionnelles peuvent-elles reprendre ?
    Elles peuvent reprendre en suivant les règles de distanciation sociale d’application dans l’entreprise.
  • Les formations proposées par les CPAS (par exemple les formation sur la gestion d’un budget limité) peuvent-elles reprendre ?
    Ces formations peuvent être organisées à condition que les mesures de distanciation sociale d’application pour les pouvoirs locaux soient respectées.
  • Les formations données en cours du soir (cours de langue, de cuisine,…) peuvent-elles reprendre ?
    Les établissements de l’enseignement de promotion sociale (y compris l’enseignement d’adultes non formel) peuvent reprendre leurs leçons et activités conformément aux directives des Communautés et aux mesures supplémentaires prévues par le gouvernement fédéral.

Vie quotidienne

  • Le Covid-19 a eu un impact majeur sur notre vie privée. Divers gouvernements et services publics vous fournissent les informations nécessaires sur ce qui est possible ou non et sur les mesures applicables. N’oubliez pas de consulter le site web de votre commune pour obtenir des informations sur les mesures mises en place dans votre commune.

    Plus d’info :

    sport kayak pêche chasse culture spectacle artiste musicien théâtre comédien tennis golf cheval courir course moto foot vélo promenade ball trotinette skateboard terrain club équipe média journaliste audiovisuel télé tv radio presse cinéma événement animation cirque fête danse chante folklore folklorique récréatif parc parc d’attraction parc animalier zoo voile bateau adeps randonnée infrastructure sportive sportif moniteur compétition escalade stage loyer salaire aide sociale aide financière pauvreté maison appartement domicile logement déchet poubelle ramassage sac encombrant parc container gaz eau électricité funérailles décès cérémonie violence conjugal famille familial chien chat animal animaux poisson refuge élevage adoption navigation plaisance nautique kytesurf touriste hébergement gîte résidence vacances police cybersécurité justice prison procès tribunal avocat cour appel détenu prisonnier juge télécommunication téléphone internet poste rassemblement solidarité aide entraide
  • Qu’en est-il des administrations publiques (par exemple les communes) ?

    Ces administrations doivent continuer à fonctionner (pour assurer leurs missions) et mettent en œuvre, dans la mesure du possible, le système de télétravail et les règles de distanciation sociale. Les administrations doivent informer la population des possibilités d’obtenir des documents et informations via des modes alternatifs (en ligne). Les administrations doivent favoriser ces modes alternatifs afin de limiter les déplacements.

  • La collecte des déchets ménagers peut-elle se poursuivre ?

    Oui, les différentes collectes à domicile de déchets (déchets résiduels, déchets organiques, papiers-cartons, verre, P(+)MC et déchets verts quand cette collecte est organisée) continueront à être assurées, du moins si le personnel de collecte est en nombre suffisant. A défaut, la priorité sera donnée aux collectes de déchets résiduels et de déchets organiques (hors déchets verts). Le règlement sur la collecte des déchets ménagers et des déchets commerciaux similaires est disponible sur les sites web des régions concernées.

  • Les parcs à conteneurs sont-ils fermés ?

    Le règlement sur les parcs à conteneurs peut être consulté sur les sites web des Régions concernées.

  • Puis-je encore aller à la bibliothèque ?
    Les bibliothèques sont considérées comme un service public et sont accessibles avec entrée et sortie libres pour les services de base (emprunts et retours). Les mesures de distanciation sociale doivent être respectées. Les gouverneurs doivent veiller à ce que le libre accès du public soit organisé.
  • Les domaines, parcs et forêts provinciaux, domaniaux et communaux doivent-ils fermer ?

    Les parcs et les forêts et les infrastructures d’intérêt naturel et d’intérêt culturel peuvent rester sont ouverts moyennant le respect des mesures de distance sociale. Les promenades et les activités physiques (en ce compris les balades à moto) en plein air n’impliquant pas de contact physique sont autorisées et à la condition qu’elles soient exercées

    • • seul
    • • en compagnie de personnes vivant sous le même toit ; Sont ici également visées les communautés de jeunes et leur accompagnant issus d’institutions de la jeunesse vivant sous le même toit.
    • • et/ ou en compagnie de maximum deux autres personnes qui doivent toujours être les mêmes, moyennant le respect d’une distance d’1,5 mètre entre chaque personne.

    En ce qui concerne les aires de jeux de ces domaines, les autorités communales, provinciales ou régionales organisent la surveillance qu’elles jugent nécessaire pour faire respecter les conditions suivantes :

    L’accès aux plaines de jeux est réservé aux enfants jusqu’à 12 ans inclus. Les adultes qui accompagnent les enfants doivent respecter les règles de distanciation sociale, en particulier le maintien d’une distance d’1,5m entre chaque personne. Par ailleurs, pour les aires de jeux de grande taille dans les parcs, l’accès doit être limité à maximum 20 enfants à la fois. Ces activités sont autorisées pour le temps nécessaire pour les exercer. Après l’exercice de ces activités, le retour à son domicile est obligatoire.

    Pour éviter les rassemblements, qui restent actuellement interdits, il n’est pas autorisé de s’installer dans les parcs. Une tolérance sera appliquée pour les personnes âgées et les femmes enceintes. De la même manière, les mesures ne peuvent s’appliquer strictement aux personnes à mobilité réduite ou souffrant d’un handicap mental.

    Pour les mêmes raisons, ne sont pas non plus autorisés les piqueniques et bains de soleil dans ces parcs.

    Par ailleurs, l’utilisation d’un véhicule motorisé dans le cadre de l’exercice d’une activité physique et des promenades n’est autorisée que pour se rendre dans les lieux (ex. bois à distance raisonnable) ou infrastructures sportives nécessaires à l’exercice de l’activité physique en question ou de la promenade. Il est rappelé que les activités touristiques et les excursions ne sont pas autorisées.

    Les entrainements sportifs réguliers à l’air libre sont également autorisés sous certaines conditions (voir question « quels sport sont autorisés ? »).

  • Existe-t-il des dispositions spécifiques pour les toilettes publiques ?
    Dans le cadre du maintien de l’ordre public et de l’hygiène, il est recommandé de les maintenir ouvertes ou d’offrir des alternatives. La commune se charge de mettre en place les mesures d’hygiène nécessaires.
  • Les associations peuvent-elles organiser des collectes de déchets (ramassages des vieux papiers) dans le cadre d’une bonne action ?
    Dans les communes où il n’y pas d’autres alternatives et /ou dans les communes où il s’agit d’une pratique habituelle, ceci est autorisé en veillant, dans la mesure de possible, à respecter les mesures de distanciation sociale.
  • Les centres d'appel pour les personnes dans le besoin (centre prévention suicide, violence domestique, etc.) resteront-ils accessibles ?
    Oui, ils restent ouverts moyennant le respect de mesures de distanciation sociale par les opérateurs. Vous trouverez les informations de contact utiles ici: https://www.info-coronavirus.be/fr/aide-psychosociale/
  • Une expulsion peut-elle avoir lieu ?
    Les Régions ont décidé de suspendre temporairement l’exécution des décisions d’expulsion.
  • Les rassemblements sont-ils autorisés ?
    Non, la règle demeure que tous les rassemblements de plus de 2 personnes sont interdits, sauf exceptions.
  • Les cours enseignés par les académies de musique, théâtre et danse ainsi que les académies de dessin peuvent-ils reprendre?
    Uniquement si la configuration des infrastructures le permet, les Communautés peuvent décider de reprendre l’enseignement artistique à horaire réduit pour des activités limitées.
  • Quels sont les sports autorisés ?

    Les activités physiques sont autorisées à la condition qu’elles :

    • • Soient exercées à l’air libre
    • • N’impliquent pas de contact physique
    • • Soient exercées :
    • o soit seul
    • o soit en compagnie de personnes vivant sous le même toit (sont ici également visées les communautés de jeunes et leur accompagnant issus d’institutions de la jeunesse vivant sous le même toit) et/ ou en compagnie de maximum deux autres personnes qui doivent toujours être les mêmes (la distance d’1,5 entre chaque personne doit être respectée) ;
    • o soit dans le cadre d’entrainements et leçons sportives réguliers à l’air libre dans un contexte organisé, notamment par un club ou une association. Dans ce cas, un entraineur ou un superviseur majeur doit être présent à tous les entrainements et un maximum de 20 personnes par séance est autorisé et la distance d’1,5 entre chaque personne doit être respectée. Les principes de base de la distanciation sociale restent d’application, et il est donc recommandé de s’entrainer avec le même groupe de personnes. L’objectif n’est pas que des cours d’initiation soient organisés.

    Les infrastructures habituelles nécessaires à l’exercice des sports autorisés peuvent ouvrir à l’exclusion des vestiaires, douches, cantines et cafétarias. Les toilettes et les distributeurs automatiques de boissons restent en service. Par infrastructures, il faut entendre les clubs et terrains de ces sports.

    La location ou la vente de matériel est en soi autorisée. En revanche, les activités touristiques et récréatives demeurent interdites.

  • Quelles sont les activités récréatives et de plein air autorisées ?

    Les activités privées et publiques à caractère culturel, social, festif, folklorique, sportif, touristique et récréatif sont interdites. Dans cette phase, un nombre limité d’activités peut néanmoins reprendre.

    Sont néanmoins autorisés :

    • • les promenades et les activités physiques (en ce compris les balades à moto) en plein air sous conditions strictes
    • • les entraînements sportifs réguliers à l’air libre sous conditions strictes
    • • les sorties à cheval sous conditions strictes
    • • les visites aux infrastructures d’intérêt naturel et d’intérêt culturel sous conditions strictes
    • • les visites aux aires de jeux en plein air sous conditions strictes
    • • les mariages, les enterrements et les cérémonies religieuses sous conditions strictes.

    Ces activités sont autorisées pour le temps nécessaire pour les exercer. Après l’exercice de ces activités, le retour à son domicile est obligatoire.

  • Les athlètes de haut niveau bénéficient-ils d'un accès exceptionnel aux installations sportives ?
    Oui s’ils disposent du statut de sportif de haut niveau et s’ils peuvent s’entrainer seuls ou avec au maximum deux autres personnes (toujours les mêmes personnes). Les entrainements en groupe à l’intérieur ne sont pas permis. Pour les entrainements en groupe à l’air libre, les règles générales concernant les entrainements sportifs à l’air libre sont d’application.
  • Les sports nautiques sont-ils autorisés (en ce compris la navigation de plaisance) ?
    Oui, pour autant que les conditions listées à la question « Quelles activités physiques sont autorisées ? » soient remplies.
  • Les vols de drones sont-ils autorisés ?
    Veuillez-vous référer au site du SPF Mobilité : https://mobilit.belgium.be/fr/transport_aerien/drones/vols_de_drones_covid19
  • La chasse peut-elle continuer ?

    La réglementation régionale doit être suivie. Consultez-la sur les liens ci-dessous:

  • La pêche est-elle autorisée ?
    Oui. Si cette activité se pratique au sein d’un club, seuls les toilettes et les distributeurs automatiques de boissons restent en service.
  • Qu'en est-il de la prostitution et des quartiers de prostitution ?
    En raison de l’absence de distanciation sociale dans l’exercice de cette activité, elle ne peut pas se tenir.
  • Puis-je gérer une crise environnementale ou sanitaire sur ma propriété ?
    Pour assurer ses obligations découlant de la gestion des crises environnementales et sanitaires, tout propriétaire peut se déplacer sur sa propriété afin de réaliser les obligations qui lui incombent en terme de lutte contre les organismes nuisibles aux végétaux et aux produits végétaux, notamment inscrite dans l’arrêté du 19/11/1987.
  • Les lieux de culte restent-ils ouverts au public ?
    Oui, les bâtiments et les maisons religieuses restent ouverts, dans le respect de la distance sociale. Les gestionnaires de ces bâtiments doivent établir les règles nécessaires et veiller à leur respect.
  • Est-ce que les cérémonies religieuses peuvent avoir lieu ?

    Non, à l’exception :

    • • des cérémonies funéraires, uniquement en présence de 30 personnes maximum, avec le maintien d’une distance d’1,5 mètre entre chaque personne et sans possibilité d’exposition du corps , et sans réception après la cérémonie;

    • • des mariages religieux, uniquement en présence de 30 personnes maximum. Il n’est par contre pas permis d’organiser une réception ou une fête après la cérémonie

    • • des cérémonies religieuses qui seront enregistrées dans le but d’une diffusion par tous les canaux disponibles :

      • uniquement en présence de 10 personnes maximum en ce compris les personnes en charge dudit enregistrement ;
      • avec le maintien d’1,5m entre chaque personne ;
      • et pour autant que le lieu de culte reste fermé au public pendant l’enregistrement.
  • Les mariages civils sont-ils encore célébrés ?
    Oui, mais uniquement en présence de 30 personnes maximum et dans le respect de la distanciation sociale. Il n’est par contre pas permis d’organiser une réception ou une fête après la cérémonie.
  • Qu'en est-il des funérailles et des crémations ?
    Les cérémonies funéraires peuvent avoir lieu mais uniquement en présence de 30 personnes maximum, avec le maintien d’une distance d'1,5 mètre entre chaque personne et sans possibilité d’exposition du corps, et sans réception après la cérémonie.
  • Les cimetières peuvent-ils rester ouverts ?
    Oui, dans le respect de la distance sociale.
  • Les cendres peuvent-elle être dispersées dans la mer ?

    Les enterrements en mer, uniquement autorisés sous forme de dispersion des cendres du défunt, effectués à partir d’un navire battant pavillon belge avec départ et arrivée d’un port côtier belge, sont autorisés dans les conditions suivantes.

    Peuvent être présents à bord: l’équipage du navire selon les exigences minimales de l’équipage, les proches jusqu’à un maximum de 30 personnes, à condition de respecter la règle des 1,5 m de distance entre chaque personne (en ce compris lors de l’embarquement et du débarquement). La compagnie maritime prend des mesures pour désinfecter les lieux utilisés par les membres de la famille après un voyage en mer. Les mouvements directs de la résidence de tout membre de la famille participant vers et depuis le navire sont considérés comme des mouvements autorisés.

  • Quelle est la procédure à suivre pour la manipulation du corps d’une personne décédée du Covid-19 ?
    Le SPF Santé Publique a rédigé une procédure pour la gestion du corps d’une personne décédée du Covid-19.
    Dans le respect du souhait de la famille, il est autorisé de toucher le corps de la personne décédée. Il est néanmoins crucial de bien respecter les mesures d’hygiène.
  • Qu'en est-il des occasions spéciales organisées dans le cadre d’un culte ou d’une fête religieuse ?
    Les règles générales s’appliquent également à ces occasions spéciales ou fêtes religieuses : les rassemblements religieux ne peuvent avoir lieu dans les lieux de culte. Les réunions familiales sont limitées aux membres de la famille vivant sous le même toit, et éventuellement en présence de maximum quatre autres personnes qui appartiennent à la même bulle sociale (voir explications et modalités dans la section « Contacts sociaux » du chapitre « Vie publique ») et doivent se dérouler au sein de ce domicile. Les magasins d’alimentation spécifiques qui peuvent être consultés dans ce contexte peuvent rester ouverts selon les règles applicables aux magasins d’alimentation. Ils veillent à ce que les règles soient appliquées, en particulier lorsqu’un grand nombre de clients est attendu. Le bourgmestre se charge de communiquer ces mesures aux personnes concernées. La police et le bourgmestre veillent à ces mesures soient respectées.
  • Les vétérinaires peuvent-t-ils poursuivre leurs activités ?

    Oui. Ils sont tenus de respecter, dans la mesure du possible, les règles de distanciation sociale.

    Plus d’information pour les vétérinaires: http://www.afsca.be/professionnels/publications/communications/covid19/animaux.asp#veterinaires

    Plus d’information concernant les animaux de compagnie: http://www.afsca.be/professionnels/publications/communications/covid19/animaux.asp#animaux

  • Puis-je aller au salon de toilettage pour mon chien ou mon chat ?

    Oui, dans le respect des règles de distanciation sociale.

    Plus d’information concernant les animaux de compagnie: http://www.afsca.be/professionnels/publications/communications/covid19/animaux.asp#animaux

  • Les propriétaires d’animaux peuvent-ils continuer à aller nourrir et voir leurs animaux dans les prés ou les étables?

    Oui, moyennant le respect des mesures de distance sociale. Les soins essentiels aux animaux sont importants et doivent être assurés.

    Plus d’information concernant les animaux de compagnie: http://www.afsca.be/professionnels/publications/communications/covid19/animaux.asp#animaux

  • Les concours avec des animaux peuvent-ils encore avoir lieu?
    Non, car il s’agit d’une activité récréative.
  • Puis-je monter mon cheval ?

    L’équitation sur son propre pâturage ou sa propre piste est autorisée.

    L’équitation (en selle, en longe, avec attelage) est également autorisée selon les conditions strictes suivantes :

    • • comme activité physique à l’air libre sans contact physique, éventuellement avec des personnes vivant sous le même toit, et / ou en compagnie de 2 autres personnes (cavaliers) maximum qui doivent toujours être les mêmes
    • • comme entrainement ou leçon avec un entraîneur ou un superviseur majeur dans un manège (sur une piste extérieure ou une piste exposée à l’air libre), avec maximum 20 personnes (cavaliers).
    • • comme sortie à cheval en vue du bien-être animal, avec un maximum de trois cavaliers.

    Il est permis de prendre la voiture pour se déplacer entre le lieu de résidence et le centre équestre ou le lieu de la balade, et si nécessaire également pour transporter le cheval. Les enfants mineurs ou les personnes ayant besoin d’assistance peuvent être accompagnés et assistés pendant l’activité par leurs parents ou un accompagnateur. Si cet accompagnateur participe également à l’activité, il doit être comptabilisé dans le nombre de cavaliers autorisés.

    Dans tous les cas et pendant toute la durée de l’activité ou de la présence sur le site, les mesures d’hygiène et de distanciation sociale doivent être strictement respectées, en particulier le maintien d’une distance d’1,5m entre chaque personne.

  • Les écoles de dressage canin peuvent-elles reprendre leurs activités ?
    Cela est autorisé dans le cadre du bien-être animal, en plein air, et dans le respect des mesures de distanciation sociale entre les propriétaires.
  • La colombophilie est-elle autorisée ?
    Cela est autorisé dans le cadre du bien-être animal, et uniquement sur le territoire national dans le respect des mesures de distanciation sociale entre les propriétaires. Les compétitions restent interdites.
  • La vente ou la location d’un bien immeuble sans passer par un agent immobilier est-elle autorisée?
    Celles-ci sont autorisées en suivant les mesures de prévention d’application pour le secteur immobilier.
  • Dans quelles conditions puis-je me promener ou exercer une activité physique ?

    Les promenades et les activités physiques (en ce compris les balades à moto) en plein air n’impliquant pas de contact physique sont autorisées et à la condition qu’elles soient exercées

    • • seul
    • • en compagnie de personnes vivant sous le même toit ; Sont ici également visées les communautés de jeunes et leur accompagnant issus d’institutions de la jeunesse vivant sous le même toit.
    • • et/ ou en compagnie de maximum deux autres personnes qui doivent toujours être les mêmes. moyennant le respect d’une distance d’1,5 mètres entre chaque personne.

    Ces activités sont autorisées pour le temps nécessaire pour les exercer. Après l’exercice de ces activités, le retour à son domicile est obligatoire.

    Pour éviter tous rassemblements, qui restent actuellement interdits, il n’est pas autorisé de s’installer dans les parcs. Une tolérance sera appliquée pour les personnes âgées et les femmes enceintes. De la même manière, les mesures ne peuvent s’appliquer strictement aux personnes à mobilité réduite ou souffrant d’un handicap mental.

    Pour les mêmes raisons, ne sont pas non plus autorisés les piqueniques et bains de soleil dans ces parcs.

    Par ailleurs, l’utilisation d’un véhicule motorisé dans le cadre de l’exercice d’une activité physique et des promenades n’est autorisée que pour se rendre dans les lieux (ex. bois à distance raisonnable) ou infrastructures sportives nécessaires à l’exercice de l’activité physique en question ou de la promenade. Il est rappelé que les activités touristiques et les excursions ne sont pas autorisées.

    Les entrainements sportifs réguliers à l’air libre sont également autorisés sous certaines conditions (voir question « quels sports sont autorisés ? »).

  • Puis-je accompagner mon enfant mineur ou une personne ayant besoin d’assistance moins valide à son entrainement sportif et l’assister pendant l’entrainement?
    Oui, cela est autorisé.
  • Les centres de fitness peuvent-ils ouvrir ?
    Non, ils ne peuvent pas exercer leurs activités ni à l’intérieur ni à l’extérieur. Un coach/entraineur affilié à un centre de fitness peut en extérieur donner des cours de sport à l’air libre dans le cadre de la disposition portant sur les entraînements sportifs.
  • Les autorités locales peuvent-elles ouvrir des terrains (de sport) pour des activités sportives dans un contexte organisé ?
    Oui, moyennant la présence d’un entraineur ou d’un superviseur majeur, et dans le respect d’une distance d’1,5m entre chaque personne.
  • Qu’est-ce qu’une infrastructure d’intérêt naturel et sous quelles conditions peut-elle ouvrir ?

    Sont considérés comme infrastructures d’intérêt naturel les jardins, les parcs et réserves naturels, les zoos et parcs animaliers.

    Ces infrastructures peuvent ouvrir leurs portes au public en respectant les conditions suivantes :

    • • les visites sont individuelles ou en compagnie des personnes vivant sous le même toit ;
    • • les règles de distanciation sociale, en particulier le maintien d’une distance 1,5 mètre entre chaque personne, sont respectées ;
    • • un système de réservation en ligne ou par téléphone est mis en place pour réguler l’afflux de visiteurs. Le paiement peut se faire sur place ;
    • • un visiteur est autorisé par 10 m² de surface accessible au public;
    • • un nombre maximum de visiteurs par créneau horaire est déterminé ;
    • • un plan de circulation à sens unique est élaboré et un guidage du public est mis en place ;
    • • le personnel est chargé de contrôler le respect des règles de distanciation sociale ;
    • • les éventuelles boutiques sont tenues de respecter les règles d’application pour les commerces ;
    • • les éventuels cafétarias, restaurants, attractions et plaines de jeux sont fermés, à l’exception des aires de jeux sous la surveillance de l’exploitant, qui doit empêcher tout afflux.

    Des excursions d’une journée restent interdites. Après la visite, l’on doit retourner à son domicile.

  • Une ferme pédagogique peut-elle ouvrir ?
    Oui, en respectant les conditions applicables aux infrastructures d’intérêt naturel.
  • Un parc animalier intérieur (aquarium, delphinarium, terrarium,…) peut-il ouvrir ?
    Oui, en respectant les conditions applicables aux infrastructures d’intérêt naturel. En revanche, aucun show avec spectateurs ne peut avoir lieu.
  • Qu’est-ce qu’une infrastructure d’intérêt culturel et sous quelles conditions peut-elle ouvrir ?

    Sont considérées comme infrastructures d’intérêt culturel les musées, les expositions, les demeures et monuments historiques, les châteaux et citadelles.

    Ces infrastructures peuvent ouvrir leurs portes au public en respectant les conditions suivantes :

    • • les visites sont individuelles ou en compagnie des personnes vivant sous le même toit ;
    • • les règles de distanciation sociale, en particulier le maintien d’une distance 1,5 mètre entre chaque personne, sont respectées ;
    • • un système de réservation billetterie en ligne ou par téléphone est mis en place pour réguler l’afflux de visiteurs. Le paiement peut se faire sur place ;
    • • un visiteur est autorisé par 15 m² ;
    • • un nombre maximum de visiteurs par créneau horaire est déterminé ;
    • • un plan de circulation à sens unique est élaboré et un guidage du public est mis en place ;
    • • le personnel est chargé de contrôler le respect des règles de distanciation sociale ;
    • • les éventuelles boutiques sont tenues de respecter les règles d’application pour les commerces ;
    • • les éventuels cafétarias, restaurants, attractions et plaines de jeux sont fermés, à l’exception des aires de jeux sous la surveillance de l’exploitant, qui doit empêcher tout afflux.
    • • le matériel didactique est désinfecté après chaque utilisation ;

    Des excursions d’une journée restent interdites. Après la visite, l’on doit retourner à son domicile. Les centres culturels restent quant à eux fermés au public.

    Pour avoir un aperçu des infrastructures d’intérêt culturel ouvertes :

  • Quelles sont les institutions incluses dans la définition de « musée » ?

    Un musée est soit :

    • • Une structure reconnue comme musée ou comme centre d’art par au moins une de ces entités : le gouvernement fédéral et les entités fédérées
    • • Une institution permanente au service de la société et de son développement, ouverte au public, qui acquiert, conserve, étudie, transmet et/ou expose le patrimoine matériel et immatériel de l’humanité et son environnement, à des fins d’étude, d’éducation et de délectation par le biais d’expositions, d’activités pour le public et de publications scientifiques ou de vulgarisation, toutes réalisées par des professionnels.
  • Les visites de groupe sont-elles autorisées ?
    Les visites de groupe restent interdites. Seules les personnes vivant dans le même foyer peuvent effectuer ensemble la visite.
  • Les visitées guidées sont-elles autorisées ?
    Les visites guidées sont autorisées à l’intérieur des infrastructures d’intérêt culturel ou naturel mais uniquement pour des personnes vivant sous le même toit et en respectant la distanciation sociale et les règles d’application dans l’infrastructure. Les autres visites guidées ( par exemple les visites d’une ville, d’un quartier) ne sont pas autorisées.
  • Des activités récréatives et animations, peuvent-elles être organisées dans les infrastructures d’intérêt culturel et naturel ?
    Non, afin d’éviter les rassemblements qui restent interdits.
  • Les transports de loisirs dans les infrastructures d’intérêt culturel et naturel peuvent-elles ouvrir ?
    Oui, mais à condition de respecter les règles en matière de distanciation sociale.
  • Les restaurants dans les infrastructures d’intérêt culturel et naturel peuvent-ils ouvrir ?
    Seule l’activité de take-away est autorisée.
  • Les distributeurs automatiques de boissons et de confiserie peuvent-ils être accessibles ?
    Oui.
  • Les parcs d’aventure peuvent-ils ouvrir ?
    Non, ils doivent rester fermés.
  • Les grottes et cavernes peuvent-elles ouvrir ?
    Non, elles doivent rester fermées.
  • Les activités de groupe organisées par les mouvements de jeunesses sont-elles autorisées ?
    Non.
  • Puis-je accompagner mon enfant à la plaine de jeux ?

    Oui, les autorités communales, provinciales ou régionales peuvent décider d’ouvrir les aires de jeux suivantes :

    • • les aires de jeux de quartier en plein air
    • • les aires de jeux de grande taille dans les parcs.

    Les autorités communales, provinciales ou régionales organisent la surveillance qu’elles jugent nécessaire pour faire respecter les conditions suivantes :

    L’accès aux plaines de jeux est réservé aux enfants jusqu’à 12 ans inclus. Les adultes qui accompagnent les enfants doivent respecter les règles de distanciation sociale, en particulier le maintien d’une distance d’1,5m entre chaque personne. Par ailleurs, pour les aires de jeux de grande taille dans les parcs, l’accès doit être limité à maximum 20 enfants à la fois.

    En ce qui concerne les aires de jeux situées dans les infrastructures d’intérêt culturel ou d’intérêt naturel, celles-ci sont accessibles à la condition qu’elles soient surveillées par l’exploitant, qui empêche tout afflux.

  • Les plaines de jeux intérieures peuvent-elles ouvrir ?
    Non

Transport & international

  • Pour limiter la propagation du virus, il est important d’éviter d’effectuer des déplacements non nécessaires. Lors de vos déplacements, gardez une distance physique d'1,5 mètre avec les autres personnes. Le port du masque est obligatoire dans les transports en commun et dans les gares et points d’arrêts.

    Plus d’info :

    aéroport arrêt de bus autoroute avion bateau bus camion camionnette conduire conduite contrôle technique cours de conduite croisière déplacement éthylotest étranger ferries ferry frontière garage gare kot location de voiture navigation partage permis de conduire pneu port retour route se déplacer seconde résidence taxi territoire train trajet tram transport transport bénévole transport de marchandise transports en commun transports publics travail frontalier trottinette véhicule vélo vignette visite voilier voiture voiture partagée vol voyager
  • Puis-je me déplacer et y a-t-il des exceptions ?

    Les citoyens sont tenus de rester chez eux afin d’éviter un maximum de contacts en dehors de leur famille proche. Seuls les déplacements nécessaires sont autorisés. Sont, entre autres, considérés comme nécessaires les déplacements tels que :

    1. les déplacements professionnels (en ce compris les déplacements domicile/travail et les déplacements effectués par les bénévoles dans le cadre de leurs activités au sein d’un secteur crucial ou service essentiel)
    2. les déplacements indispensables (aller chez le médecin, faire ses courses aller à la poste, à la banque, à la pharmacie, faire le plein d’essence ou aider des personnes dans le besoin, les sans-abris, les déplacements des parents vers la garderie où se trouvent leurs enfants, les déplacements exigés dans le cadre d’une obligation légale, le rechargement des compteurs à budget, s’exercer à la conduite…)
    3. les promenades et les activités physiques (en ce compris les balades à moto) en plein air n’impliquant pas de contact physique à la condition qu’elles soient exercées :
    • • seul ;
    • • en compagnie de personnes vivant sous le même toit ; sont ici également visées les communautés de jeunes et leur accompagnant issus d’institutions de la jeunesse vivant sous le même toit.
    • • et/ ou en compagnie de maximum deux autres personnes qui doivent toujours être les mêmes, moyennant le respect d’une distance d’ 1,5 mètres entre chaque personne.

    Ces activités sont autorisées pour le temps nécessaire pour les exercer. Après l’exercice de ces activités, le retour à son domicile est obligatoire.

    Pour éviter tous rassemblements, qui restent actuellement interdits , il n’est pas autorisé de s’installer dans les parcs. Une tolérance sera appliquée pour les personnes âgées et les femmes enceintes. De la même manière, les mesures ne peuvent s’appliquer strictement aux personnes à mobilité réduite ou souffrant d’un handicap mental. Pour les mêmes raisons, ne sont pas non plus autorisés les piqueniques et bains de soleil dans ces parcs. Par ailleurs, l’utilisation d’un véhicule motorisé dans le cadre de l’exercice d’une activité physique et des promenades n’est autorisée que pour se rendre dans les lieux (ex. bois à distance raisonnable) ou infrastructures sportives nécessaires à l’exercice de l’activité physique en question ou de la promenade. Il est rappelé que les activités touristiques et les excursions ne sont pas autorisées.

    1. Rendre visite à un autre ménage dans les limites prévues dans la section « contacts sociaux » du présent chapitre ;
    2. visiter une infrastructure d’intérêt culturel ou d’intérêt naturel ;
    3. se rendre à un entraînement sportif régulier dans un contexte organisé ;
    4. se rendre à sa résidence secondaire ;
    5. se rendre dans une aire de jeu en plein air ;
    6. Tous les autres déplacements essentiels dont il est fait explicitement mention dans ce FAQ.
  • Que se passe-t-il si vous ne vivez pas sous le même toit que votre partenaire ou les enfants dont vous avez la garde partagée ?
    Rendre visite à votre partenaire ou rendre visite à vos enfants dans le cadre de la coparentalité est considéré comme un déplacement autorisé.
  • Que doivent faire les étudiants qui restent habiter dans un kot ?
    Il est recommandé aux étudiants de choisir un endroit fixe où ils resteront. Les étudiants étrangers tenus de reprendre les cours peuvent réintégrer leur kot.
  • Le tourisme est-il autorisé ?
    Le tourisme est considéré comme étant une activité récréative, et est donc interdit sur l’ensemble du territoire belge.
  • Puis-je me rendre dans ma seconde résidence, par exemple dans les Ardennes ou à la côte ?

    Oui cela est autorisé, en Belgique, pour les propriétaires et les locataires qui ont un contrat de bail d’une durée minimale d’un an. Par résidence secondaire, il faut entendre :

    • • une maison ou un appartement
    • • une résidence immobilisée et attachée à un emplacement fixe (par exemple un mobil-home, bungalow,…).

    Il n’est pas contre pas autorisé de déplacer des résidences mobiles, comme une caravane, mais bien d’en faire usage si celles-ci sont déjà installées sur un emplacement fixe.

    Dans les campings où se trouvent des résidences secondaires de ce type, les mesures suivantes doivent-être respectées :

    • • Les bars, les espaces communs des restaurants et les zones de loisirs ( plaines de jeux,…) sont fermés. Le mobilier de terrasse doit être rentré et ne peut être utilisé.
    • • Une attention particulière doit être apportée à l’hygiène des sanitaires ( nettoyage régulier des douches, des toilettes, mise à disposition de produits pour l’hygiène des mains,…).
  • Qui peut se rendre dans une résidence secondaire ?
    Peuvent s’y rendre le(s) propriétaire(s) ou locataire(s) de longue durée et les personnes vivant sous son/leur toit. Ces personnes peuvent recevoir jusqu’à 4 personnes faisant partie de leur bulle sociale. Il s’agira des mêmes personnes que celles qu’ils ont accueillies jusqu’alors à leur domicile principal et aux conditions décrites dans la section « mesures générales »
  • Puis-je utiliser ma cabine de plage ?
    L’utilisation des cabines de plage est autorisée selon les modalités fixées par le Bourgmestre. Les locations à court terme sont néanmoins à éviter pour des raisons sanitaires. Il convient de rappeler que lors de l’utilisation des cabines, ainsi que lors de sa présence sur la plage, les règles de distanciation sociale doivent être respectées.
  • Puis-je suivre des cours de conduite et passer mon permis de conduire ?

    Les leçons et les examens de conduite, tant théoriques que pratiques peuvent reprendre. S’exercer sur la voie publique est un considéré comme un déplacement autorisé. Pour plus d’information, rendez-vous sur :

  • Aussi bien en Flandre, en Wallonie qu’à Bruxelles, les centres de contrôle technique ont dû fermer pour plusieurs semaines. Suis-je encore valablement assuré si mon certificat de visite expire après le 13 mars 2020 ?

    Il existe un engagement politique des régions visant à prolonger les “certificats de visite” expirés après le 13 mars 2020. Par conséquent, les véhicules automoteurs dont le certificat de visite a expiré après le 13 mars 2020, ont un certificat valide. L’assureur ne pourra invoquer cette raison dans le cadre d’un droit de recours contre le preneur d’assurance.

  • Est-il encore autorisé d’utiliser les services de partage de voitures ou de trottinettes ?
    Oui, ils sont considérés comme des moyens de transport et ne sont donc pas être interdits, sauf pour une utilisation récréative. Les gocarts pour une ou plusieurs personnes sont considérés comme des activités récréatives et sont donc interdits.
  • Puis-je m’asseoir dans une camionnette avec mon collègue ? Peut-on considérer que les mesures de distanciation sociale sont respectées si un écran flexible transparent est installé dans un moyen de transport (camionnettes/bus) lorsque la distance d’1,5m ne peut pas être garantie ?
    Oui, uniquement si vous respectez la distance sociale (1,5m). Le nombre de personnes pouvant être transportées varie donc selon le type de véhicule. La paroi en plexiglas offre une protection suffisante. Son installation peut donc être autorisée dans les moyens de transport.
  • Des mesures spécifiques sont-elles applicables au transport des personnes handicapées ou des personnes à mobilité réduite ?

    Le plus important est de ne pas créer de nouvelles mixités sociales. Le transport peut donc continuer, mais il faut veiller autant que possible à maintenir la même combinaison de conducteurs et de personnes handicapées ou à mobilité réduite. Bien entendu, les mesures d’hygiène et de distance sociale doivent être respectées.

    Pour le transport bénévole des personnes à mobilité ou dans le besoin, ces initiatives peuvent se poursuivre mais une distance minimale de 1, 5 mètre doit , dans la mesure du possible, être maintenue entre chaque personne. Le nombre de personnes qui peuvent être transportées varie donc en fonction du type de véhicule.

  • Des mesures particulières sont-elles prises pour les transports en commun ?

    Les transports en commun sont maintenus. Il est recommandé d’éviter leur utilisation si l’on dispose d’une autre alternative.

    Les usagers de ces transports, âgés de 12 ans ou plus, sont tenus de se couvrir la bouche et le nez en portant un masque ou toute autre alternative en tissu dès l’entrée dans l’aéroport, la gare, sur le quai ou un point d’arrêt, dans le bus, le (pré)métro, le tram, le train ou tout autre moyen de transport organisé par une autorité publique.

    Le personnel roulant des sociétés de transport en commun n’est pas obligé de se couvrir la bouche et le nez, pour autant d’une part que le conducteur soit bien isolé dans une cabine et d’autre part qu’une affiche et/ou un autocollant indique aux usagers la raison pour laquelle le conducteur ne porte pas de masque. Cette exemption est également applicable, et aux mêmes conditions, au personnel roulant des transports collectifs organisés ( par exemple les bus scolaires).

    Pour prendre connaissance de l’offre des sociétés de transports, veuillez-vous référer à leurs sites web.

  • Les taxis et autres services de transport à la demande sont-ils toujours autorisés à transporter des clients ?
    Les taxis sont autorisés à transporter des clients moyennant le respect d’une distance minimale d’1,5 mètre entre chaque personne. Le nombre de personnes qui peuvent être transportées varie donc en fonction du type de véhicule. Le respect de la règle de distance physique ne s’applique pas aux personnes vivant sous le même toit. Il est conseillé d’aérer et de nettoyer régulièrement le véhicule. Se couvrir la bouche et le nez avec un masque ou toute autre alternative en tissu est fortement recommandé.
  • Quelles mesures sont prises concernant le covoiturage ? Combien de personnes peuvent-elles partager un véhicule privé?
    Comme pour les taxis, une distance d’1,5 mètre doit être respectée entre chaque personne. Le nombre de personnes qui peut être transporté varie donc en fonction du type de véhicule. Pour les personnes vivant sous le même toit, cette règle de distance physique ne s’applique pas. Il est conseillé d’aérer et de nettoyer régulièrement le véhicule. De manière générale, les déplacements doivent être évités autant que possible. Se couvrir la bouche et le nez avec un masque ou toute autre alternative en tissu est fortement recommandé.
  • Les entreprises ayant une activité aérienne peuvent-elles voler ?
    Dans le cadre de la reprise économique des entreprises, tous les vols commerciaux quel que soit le type d’aéronefs tels que définis sur le site https://mobilit.belgium.be/fr/transport_aerien/covid_19_coronavirus sont autorisés qu’ils soient VFR ou IFR (il s’agit ici des activités commerciales Business to Business and Business to Customer).
  • Quelles activités de l’aviation légère sont autorisés ?
    Les vols locaux VFR (point de décollage et d’atterrissage identiques et pas d’escale) effectués seuls à bord ou avec une personne vivant sous le même toit, ceci pour tout type d’aéronefs ainsi que les vols liés à l’aéromodélisme et aux drones sont autorisés.
  • Les écoles de formation des pilotes peuvent-elles reprendre leurs formations?
    Toutes les activités liées à la formation , aux examens et aux procédures de vérification de maintien des compétences pour tout type d’aéronefs (cours pratiques et théoriques) sont autorisées. Ce faisant, des règles strictes similaires à celles demandées pour les auto-écoles doivent être respectées.
  • Des mesures spécifiques sont-elles prises pour les bateaux et les navires de croisière ?
    Les navires de croisière et les bateaux ne sont pas autorisés à débarquer leurs passagers, mais peuvent être ravitaillés. Les nouvelles croisières organisées par des bateaux ou des navires battant pavillon belge sont interdites. Pour des informations plus détaillées sur la navigation, référez-vous au site du SPF Mobilité : https://mobilit.belgium.be/fr/navigation/covid_19_coronavirus
  • Quelles sont les règles générales concernant les déplacements internationaux?

    L’article 7 de l’arrêté ministériel du 23 mars 2020 modifié le 3 avril 2020 relatif aux mesures urgentes pour limiter la propagation du coronavirus COVID-19 établit que les voyages non essentiels à destination et en provenance de la Belgique sont interdits. Cette mesure expirera au plus tôt le 8 juin 2020 mais pourrait être prolongée. Pour un aperçu de l’arrêté ministériel et des différentes modifications : https://centredecrise.be/fr/news/gestion-de-crise/coronavirus-reponses-vos-questions

    • • Toutefois, toute personne de nationalité belge avec ou sans résidence principale en Belgique, les résidents de longue durée en Belgique et les personnes ayant une résidence légale en Belgique peuvent toujours revenir en Belgique.
    • • Le passage des frontières dans les deux sens reste en tous les cas possible, sur présentation d’une preuve crédible, dans le cadre du transport de marchandises et des déplacements à caractère professionnel (en ce compris les travailleurs saisonniers, les déplacements dans le cadre de l’enseignement à l’exclusion des excursions scolaires). D’autres possibilités de déplacement existent ; celles-ci sont détaillées aux questions « quelles sont les autres voyages essentiels vers la Belgique qui sont autorisés ? » et « peut-on encore voyager vers la Belgique depuis l’étranger ?».
    • • Les restrictions de voyage et les contrôles aux frontières pourront progressivement être levés sur une base d’une convergence suffisante de situations épidémiologiques favorables.
    • • Les voyages à l’étranger à des fins touristiques restent interdits.
    • • En ce qui concerne les frontières extérieures de l’UE, la Commission a fait des recommandations aux États membres pour limiter l’entrée des personnes dans l’UE de manière sélective. En Belgique, les restrictions temporaires des déplacements non-essentiels vers l’UE sont en vigueur jusqu’au 15 juin 2020. Ces restrictions pourront être prolongées.
    • • Une personne qui est ressortissante ou résidente d’un pays tiers peut toujours quitter le territoire belge pour rejoindre le pays dont elle est ressortissante ou résidente. Toutefois certains pays n’autorisent pas le retour à leur domicile de tous les résidents. Il est donc conseillé de prendre contact avec l’Ambassade du pays de destination.

    Si vous envisagez un voyage essentiel vers l’étranger, il est fortement recommandé de consulter l’avis de voyage des Affaires étrangères, mis à jour en permanence. https://diplomatie.belgium.be/fr/Services/voyager_a_letranger/conseils_par_destination

  • Peut-on voyager vers la Belgique depuis l'étranger?

    Les voyages non-essentiels au départ de la Belgique et vers la Belgique sont interdits jusqu’au 8 juin 2020 inclus.

    Le principe général applicable est que:

    • • toute personne de nationalité belge avec ou sans résidence principale en Belgique
    • • les résidents de longue durée en Belgique
    • • les personnes ayant une résidence légale en Belgique peuvent revenir en Belgique, sous réserve de deux conditions.

    Les deux conditions sont les suivantes:

    • • La personne reste confinée à la maison pendant 14 jours
    • • La personne a l’interdiction de travailler à l’extérieur pendant 14 jours (même si elle est employée dans un secteur essentiel). Le télétravail reste néanmoins autorisé.

    Ces deux conditions s’appliquent à la personne qui revient et couvrent tous les modes de transport possibles utilisés lors de son retour (aérien, terrestre et maritime). Dans le cas où le retour se fait via un aéroport national ou étranger, ces deux conditions s’appliquent également à la personne qui va rechercher le(s) rapatrié(s) à l’aéroport, mais pas au reste de la famille qui vit sous le même toit. La personne qui vient chercher le rapatrié est de préférence un membre de la famille, mais si les membres de la famille sont employés dans un secteur essentiel, il est déconseillé que ce soit eux qui aillent chercher le rapatrié.

    Ces deux conditions ne s’appliquent par contre pas aux travailleurs frontaliers, aux travailleurs saisonniers, aux chauffeurs employés par des sociétés de transport professionnelles et aux personnes effectuant un voyage essentiel, à l’exception des personnes qui sont allées chercher des personnes de retour en Belgique dans un aéroport étranger (voir paragraphe précédent).

    En règle générale, le rapatrié, qu’il arrive sur le territoire de la Belgique ou d’un autre pays, utilise les transports publics /le taxi/une voiture de location pour se rendre à son lieu de destination. Louer une voiture est également une possibilité. Si les transports publics/taxi/une voiture de location ne sont pas une option, le rapatrié peut être pris en charge par une autre personne (de préférence un membre de la même famille, mais non employé dans un secteur essentiel). Il est préférable que deux personnes au maximum partagent le véhicule. Il est possible de déroger à cette règle si plusieurs personnes de la même famille doivent être récupérées.

    Lors d’un déplacement, les mesures de distanciation sociale doivent être respectées. Par ailleurs, sur l’ensemble du territoire belge, les usagers des transports publics, âgés de 12 ans ou plus, sont tenus de se couvrir la bouche et le nez en portant un masque ou toute autre alternative en tissu dès l’entrée dans l’aéroport, la gare, sur le quai ou un point d’arrêt, dans le bus, le (pré)métro, le tram, le train ou tout autre moyen de transport organisé par une autorité publique

    La personne qui va chercher quelqu’un doit être en possession de:

    • un document d’identité et/ou un passeport
    • si elle récupère une personne à l’étranger, une preuve crédible justifiant le déplacement essentiel pour franchir la frontière.

    Plus d’informations: https://economie.fgov.be/fr/themes/entreprises/coronavirus/coronavirus-informations-pour-0

  • Qu’en est-il des ressortissants belges qui reviennent dans un port maritime ou un port intérieur belge avec leur bateau de plaisance ?

    Ceux-ci devront respecter les règles suivantes :

    • • Ils ne peuvent naviguer dans les eaux belges qu’avec leur navire afin d’atteindre le port de destination de leur choix par le chemin le plus court.
    • • Ils doivent se signaler auprès de l’autorité portuaire de leur port de destination (pour les ports intérieurs : l’opérateur portuaire) via les fréquences radios habituelles de la zone géographique de leur destination. Lors de ce signalement, il est indiqué si ces personnes sont malades ou présentent des symptômes ou s’il y a à bord des personnes malades ou présentant des symptômes de quelque nature que ce soit. Plus d’informations disponibles sur le site internet : https://mobilit.belgium.be/fr/navigation/covid_19_coronavirus
  • Quelles sont les règles applicables si, en tant qu’étranger n’ayant pas de résidence principale en Belgique, je souhaite simplement traverser le territoire belge pour me rendre à ma destination ?

    Le principe général applicable est que les étrangers doivent pouvoir entrer et sortir facilement du territoire belge afin de transiter vers leur destination.

    Les personnes en transit sur le territoire belge doivent respecter les mesures de distance sociale dans le moyen de transport choisi.

    Si le transport se fait par la route, les bus et les véhicules ne s’arrêtent généralement pas sur le territoire belge.

    En cas de transfert en train, il faut rechercher l’itinéraire le plus court et minimiser le nombre de correspondances.

    Les personnes en transit sur le territoire belge doivent être en possession d’une pièce d’identité et/ou d’un passeport et de preuves crédibles.

  • Quelles règles dois-je respecter si j’arrive en Belgique par avion, train, route ou mer, dans le cadre d’un transit futur vers l’étranger ?

    Le principe général applicable est que les étrangers en transit sur le territoire belge doivent pouvoir quitter le territoire belge le plus rapidement possible. En règle générale, les personnes en transit sur le territoire belge utilisent les transports publics (y compris les taxis) pour se rendre à leur destination. Louer une voiture est également une possibilité.

    Si les transports publics /le taxi/location d’une voiture ne sont pas une option, les personnes en transit sur le territoire belge peuvent être prises en charge par une autre personne ou autorité (éventuellement de l’étranger) pour quitter le territoire belge immédiatement après la prise en charge.

    Lors du transport sur le territoire belge, les mesures de distance sociale doivent être respectées autant que possible. Si le transport est assuré par l’employeur, les mesures de distanciation sociale doivent être respectées.

    Pendant le trajet sur la route, en règle générale, aucun arrêt ne sera effectué sur le territoire belge.

    En cas de transfert en train, il faut rechercher l’itinéraire le plus court et minimiser le nombre de correspondances.

    Les personnes en transit sur le territoire belge doivent être en possession d’un document d’identité et/ou d’un passeport.

    La personne qui se chargent d’aller en chercher d’autres et qui est en transit sur le territoire belge doit être en possession d’un document d’identité et/ou d’un passeport et d’une preuve plausible qui confirme la nécessité du voyage.

  • Le travail frontalier est-il toujours autorisé ?

    Le principe général applicable est que les travailleurs frontaliers doivent pouvoir entrer et sortir facilement du territoire belge afin d’atteindre leur destination dans l’exercice de leurs activités professionnelles, tant dans les secteurs essentiels que non essentiels.

    Les travailleurs frontaliers peuvent utiliser les moyens de transport de leur choix.

    Lors du transport sur le territoire belge, les mesures de distance sociale doivent être respectées autant que possible.

    Les travailleurs frontaliers doivent être en possession d’une pièce d’identité et/ou d’un passeport et il est fortement recommandé d’avoir une attestation de l’employeur.

    Pour les déplacements professionnels des travailleurs des métiers/secteurs cruciaux, une vignette papier peut être utilisée bilatéralement entre la Belgique et les Pays-Bas.

  • Le franchissement de la frontière est-il autorisé pour des raisons médicales ?

    Le principe général est que vous devez consulter un médecin dans votre pays. Si le médecin en possession de votre dossier médical est situé dans un pays voisin, ce médecin doit fournir un justificatif signé (par courrier ou numériquement) justifiant la nécessité de se rendre à son cabinet. Il vous faudra alors présenter votre carte d’identité et le justificatif pour traverser la frontière.

    L’aide médicale urgente reste assurée, le franchissement de la frontière par les services d’intervention demeure à ce titre autorisé conformément aux accords existants.

  • Les travailleurs saisonniers étrangers dans les secteurs agricole et horticole peuvent-ils venir travailler en Belgique ?
    Dans le cadre de la sécurité de la chaine et de l’approvisionnement alimentaire, le travail saisonnier dans les secteurs agricole et horticole est essentiel. Dans ce contexte, il est important que les déplacements des travailleurs saisonniers au sein et vers notre pays soient considérés comme étant des déplacements essentiels. Les travailleurs saisonniers provenant d’autres pays sont autorisés à se rendre en Belgique et doivent suivre les mêmes mesures que la population belge. Pour pénétrer sur le territoire, ils présentent une attestation de leur employeur. À leur arrivée, ils ne doivent pas observer une quarantaine de 14 jours.
  • Quels sont les autres voyages essentiels vers la Belgique qui sont encore autorisés ?

    Le principe général est que l’assistance et les soins aux personnes âgées, aux mineurs, aux personnes vulnérables et aux personnes handicapées, la garde parentale partagée, la visite d’un partenaire qui ne vit pas sous le même toit, les soins aux animaux, la passation d’actes, la participation à des funérailles/crémations uniquement en présence de 30 personnes maximum et la participation à des mariages civils ou religieux sont autorisés.

    Le choix du moyen de transport est laissé libre.

    Ces personnes doivent être en possession d’une preuve d’identité et/ou d’un passeport et d’une preuve plausible pour justifier le déplacement essentiel.

  • Les écoliers, les étudiants et les stagiaires issu des pays frontaliers et scolarisés en Belgique peuvent-ils, dans le cadre de leur formation, venir en Belgique ?
    En vue de la reprise de leur formation, les élèves, les étudiants et les stagiaires frontaliers peuvent venir en Belgique.
  • Qu’en est-il des Belges qui sont bloqués à l’étranger  ?
    Vous trouverez les informations utiles sur le site internet du SPF Affaires Etrangères  : https://diplomatie.belgium.be/fr
  • Peut-on voyager depuis la Belgique vers l'étranger?

    Le principe général est que tout voyage non essentiel à l’étranger est interdit jusqu’au 8 juin 2020. Dans les autres pays, les réglementations nationales respectives et les mesures supplémentaires doivent être respectées. Il est fortement recommandé de consulter ces règlementations sur les sites web respectifs des autorités étrangères. Conformément à la réglementation en vigueur dans le pays de destination, les documents nécessaires doivent être préparés avant le départ. Vous devez être en possession d’un document d’identité et/ou d’un passeport et d’une preuve plausible justifiant l’exécution du déplacement essentiel. Sont actuellement repris comme voyages essentiels les déplacements suivants :

    • • Les déplacements à l’étranger dans le cadre d’activités professionnelles, y compris les déplacements domicile/ lieu de travail
    • • Les déplacements pour poursuivre des soins médicaux
    • • Les déplacements pour fournir une assistance ou des soins à une personne âgée, mineure, handicapée ou vulnérable
    • • Les déplacements pour le soin des animaux
    • • Les déplacements dans le cadre de la coparentalité
    • • Les déplacements visant à prendre en charge à l’étranger et à ramener en Belgique des personnes de nationalité belge avec ou sans résidence principale en Belgique, des résidents de longue durée en Belgique et les personnes résidant légalement en Belgique
    • • Les déplacements pour conduire des membres de la famille à l’étranger afin qu’ils puissent exercer un travail pour des raisons essentielles
    • • Les déplacements des ressortissants belges vers leur résidence principale à l’étranger
    • • Les déplacements auprès d’un partenaire qui ne vit pas sous le même toit
    • • Les déplacements dans le cadre de l’exécution des actes (si nécessaire et si cela ne peut pas se faire numériquement)
    • • Les déplacements dans le cadre de funérailles / crémations
    • • Les déplacements dans le cadre de mariages civils ou religieux
    • • Les déplacements d’élèves, d’étudiants et de stagiaires scolarisés dans un pays frontalier dans le cadre de leur formation
    • • Les déplacements pour une réparation urgente pour garantir la sécurité du véhicule.

    Les déplacements vers un second lieu de résidence à l’étranger sont exclus.

  • Quand pourrais-je aller rendre visite à ma famille qui vit de l’autre côté de la frontière ?
    Lorsque le pays voisin autorisera l’accès à son territoire et que la situation épidémiologique le permettra. Cette décision sera prise sur base de l’avis des experts. Ce n’est encore le cas pour aucun de nos pays voisins.
  • Qu'en est-il des ferries vers les pays voisins ?
    Contrairement aux bateaux et aux navires de croisière, les voyages en ferry ne sont pas considérés comme une activité de loisirs, mais comme un moyen de transport. Par conséquent, la traversée en ferry n’est pas interdite dans le cadre des déplacements essentiels, moyennant le respect des mesures de distance sociale.
  • Des mesures spécifiques sont-elles prises pour les aéroports belges?

    Les passagers doivent respecter les mesures de distance sociale et l’exploitant de l’aéroport doit les faciliter. Toute personne à partir de l’âge de douze ans est obligée de se couvrir la bouche et le nez avec un masque ou toute autre alternative en tissu dès l’entrée dans l’aéroport.

    Plus d’informations: https://www.brusselsairport.be/alerts/fr/are-you-worried-about-the-coronavirus et https://www.wallonie.be/fr/aeroports

  • Les restaurants et les boutiques hors taxes des aéroports resteront-ils ouverts ?
    Oui, les restaurants et les magasins après le contrôle de sécurité restent ouverts, dans le respect de la distance sociale. Ceci afin de répartir le plus largement possible les passagers dans le terminal de l’aéroport.
  • Les enfants peuvent-ils passer la frontière pour être gardés ?
    Si le télétravail n’est pas possible, et qu’il n’existe pas d’autre possibilité, il est autorisé de traverser la frontière pour emmener son enfant à la garderie. Cette possibilité s’applique uniquement aux garderies et pas à l’accueil par des amis ou membres de la famille. Le passage de la frontière se fait sur présentation du document d’inscription de la garderie.
  • Le travailleur peut-il utiliser une version numérique de la vignette/de l’attestation de l’employeur pour traverser la frontière ?
    S’il n’est pas possible pour l’employeur de remettre la vignette/l’attestation en main propre au travailleur, la vignette/l’attestation doit alors être transmise par la poste. Si le travailleur est appelé en urgence et qu’il n’est pas possible d’envoyer la vignette/l’attestation par la poste, la version numérique de la vignette/de l’attestation doit être accompagnée d’un justificatif (éventuellement numérique) signé par l’employeur, avec son numéro de téléphone et le nom de la personne appelée.
  • Un étudiant peut-il traverser la frontière dans le but de louer une chambre d’étudiant ou mettre fin à une location ?
    Un étudiant peut, pour ces raisons, traverser la frontière en respectant les conditions suivantes : en un trajet (aller-retour), prendre l’itinéraire le plus direct, seul ou avec une personne vivant sous le même toit, sur présentation de la carte d’étudiant (et/ou d’une attestation de l’établissement d’enseignement) et un contrat de location/titre de propriété/preuve d’un rendez-vous avec le propriétaire. Il doit respecter les règles/mesures applicables dans le pays de déplacement. Une nuitée sur place est fortement déconseillée. Si une nuitée est cependant nécessaire, les personnes ayant fait le déplacement doivent rester en isolation à domicile pendant 14 jours après leur retour.
  • Qu'en est-il de la garde partagée pour les enfants dont les parents vivent de part et d'autre de la frontière ?
    La garde partagée entre des parents vivant dans une région frontalière (l’un en Belgique, l’autre aux Pays-Bas par exemple) peut continuer à être organisée normalement.
  • J’ai réservé un vol/voyage pour un pays touché par le coronavirus. Que se passera-t-il si je décide de l’annuler ?
  • Je suis à l’étranger et mon vol de retour a été annulé des suites du coronavirus. Que puis-je faire ?
  • J’ai réservé un vol/voyage qui a été annulé pour cause de coronavirus. Quels sont mes droits ?
  • Je suis à l’étranger et l’on m’interdit de quitter le territoire pour cause de coronavirus. Quels sont mes droits ?

Vous ne trouvez pas la réponse à votre/vos question(s)?

Consultez les informations disponibles sur les sites web des autorités compétentes ou appelez le 0800 14 689.